Clicky

Bienvenue dans la nébuleuse de la Tarentule

Des astronomes ont capturé une nouvelle image très nette de la nébuleuse de la Tarentule qui caractérise le Grand Nuage de Magellan (LMC), une des galaxies les plus proches de notre Voie Lactée. Sur l’image, on peut voir les détails précis de la nébuleuse de la Tarentule, la région la plus active en formation d’étoiles du groupe local des galaxies.

L’image dévoile un amas d’étoiles, des nuages de gaz et les restes d’explosions de supernova. L’Observatoire spatial européen a déclaré que cette image a été prise par le télescope VLT Survey de l’Observatoire Paranal de l’ESO, au Chili. Elle constitue jusqu’à maintenant l’image la plus nette qui a pu être prise de la nébuleuse de la Tarentule.

Nébuleuse Tarentule

La netteté de l’image est en grande partie due à l’appareil photo de deux cent cinquante-six mégapixels dont les quatre filtres différents isolent la lueur rouge de l’hydrogène ionisé. L’appareil a été mis au point par OmegaCaM.

La nébuleuse de la Tarentule attire depuis 1751

Le Grand Nuage de Magellan est la troisième galaxie la plus proche de la Voie Lactée. C’est une galaxie naine d’environ quatorze mille années-lumière de diamètre et qui a une masse équivalant les dix milliards de soleil.

En d’autres termes, le LMC a une masse égale au un centième de celle de la Voie Lactée.

L’existence de cette galaxie a été mentionnée pour la première fois par l’astronome perse Shirazi dans son livre sur les étoiles fixes écrit vers l’an 964 après J-C. Quant à la brillance de la nébuleuse, ce fut l’astronome français Nicolas-Louis de Lacaille qui le remarquait en 1751.

La nébuleuse de la Tarentule et ses trois groupes d’étoiles

La nébuleuse de la Tarentule, aussi connue sous le nom de 30 Doradus, est la région la plus brillante du groupe local des galaxies. C’est également dans cette région que se forment le plus d’étoiles. Il se situe dans la constellation de Dorado, également appelée le Dolphinfish, et s’étend sur plus de mille années-lumière.

À l’intérieur de cette nébuleuse se trouve un amas géant de jeunes étoiles appelé NGC 2070 qui contient certaines des étoiles les plus massives et les plus lumineuses connues jusqu’à aujourd’hui. On y trouve aussi le Hodge 301 qui forme un autre groupe d’étoiles plus anciennes dont au moins quarante ont explosé en tant que supernova.

C’est le cas par exemple de la superbubble SNR N157B, un supernova qui a explosé et dont les restes entourent aujourd’hui un amas d’étoiles nommé NGC 2060. Ce dernier groupe a été observé pour la première fois en 1836 par John Herschel, un astronome britannique qui a pour l’occasion utilisé un télescope réflecteur de 18,6 pouces au Cap de Bonne-Espérance, en Afrique du Sud.

Mots-clés astronomieespace

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !