Web

Bing Maps, un concurrent à Google Maps

Avec la sortie des DNS de Google, on aurait presque oublié que Bing aussi essaye pas mal d’innover afin de trouver sa place sur le marché des moteurs de recherche. Preuve en est, le service de Microsoft vient tout juste de lancer Bing Maps, un concurrent à Google Maps qui propose une tonne d’options pour vous balader virtuellement à travers le monde. Il n’y a pas à dire, en ce moment, ça bouge beaucoup sur le web.

Bing Maps, la page d'accueil

De premier abord, on voit peu de différences entre Bing Maps et Google Maps. Globalement, les deux services se présentent de la même façon : au centre, on a la carte, à gauche les tirettes pour zoomer ou bouger, en haut des boutons pour modifier l’affichage de la vue et à droite une mini-carte pour éviter de se paumer. Quoi qu’il en soit, Bing Maps est globalement très réactif et le seul défaut que je lui ai trouvé, c’est que les différents modes de vue ne sont pas compatibles avec tous les navigateurs. Si l’on prend la vue 3D, par exemple, il semble qu’elle ne fonctionne qu’avec Internet Explorer. Sur Safari, Chrome et Firefox (le tout sur Mac), un message nous averti que le bouzin n’est pas compatible.

Bing Maps, le calcul d'itinéraire

En dehors de ça et pour continuer avec cette présentation générale, il faut savoir que Bing Maps est basé sur la technologie Silverlight. Pas très étonnant, dans la mesure où cette dernière nous vient tout droit des laboratoires de Microsoft. Et c’est bien connu, les grandes firmes font rarement la promotion des technologies qui ne leur appartiennent pas.

Côté fonctionnalités, on peut faire pas mal de choses :

  • Accéder aux plans de tous les coins du monde.
  • Activer différentes vues : 2D, 3D, Plan, Satellite, Aérien (genre de Google Street View, du moins je pense).
  • Calculer des itinéraires avec différents critères.
  • Ajouter des lieux dans ses favoris.
  • Partager la carte sous la forme d’un lien ou dans un lecteur EMBED personnalisable.
  • Géolocaliser les tweets.

Globalement, l’ensemble est plutôt réussi mais il est encore trop tôt pour savoir si le service parviendra à s’imposer face à un Google Maps connu de tous, y compris des néophytes. Quoi qu’il en soit, Microsoft semble bien décidé à montrer les dents.