Clicky

Black Knight : l’étonnante histoire du satellite extraterrestre

Beaucoup l’ignore peut-être, mais plus de 100 000 satellites ont été lancés sur orbite terrestre depuis que l’Union soviétique a envoyé Spoutnik 1 dans l’espace en 1957. Ces satellites conçus par l’homme ont servi à diverses fins, notamment la communication et l’exploration. D’après les estimations, environ 3.600 d’entre eux sont restés en orbite, dont très peu sont encore opérationnels.

Toutefois, l’un de ces satellites serait d’origine extraterrestre et aurait fait le tour de notre planète avant le lancement de Spoutnik. Ce mystérieux engin spatial est connu sous le nom de satellite Black Knight, il serait d’origine alien et son existence serait cachée par la NASA depuis plus de 60 ans.

Black Knight

La légende du satellite Black Knight

La légende raconte qu’en orbite autour de la Terre se trouve un objet mystérieux et sombre qui remonte peut-être à 13 000 ans. Son origine et son but sont inconnus. Surnommé le « Black Knight » (ou Chevalier noir), ce satellite insaisissable aurait transmis des signaux vers la Terre et aurait été inspecté par des astronautes de la NASA, mais seules quelques personnes sur Terre auraient officiellement connaissance de son existence. L’origine de son nom sinistre fait partie de l’énigme; difficile de savoir qui l’a appelé ainsi pour la première fois et pourquoi. Mais alors, d’où est née cette légende du satellite Black Knight ?

Les transmissions de Nikola Tesla

Il semble que l’histoire du satellite extraterrestre commence lorsque des signaux étranges sont entendus par Nikola Tesla (1856-1943), le célèbre inventeur serbe qui a passé la plus grande partie de sa carrière aux États-Unis. En 1899, il aurait intercepté un signal qui ne semblait provenir d’aucune des sources naturelles de signaux de la Terre, comme les orages chargés en électricité qu’il avait déjà étudiés au cours de ses expériences. Il a alors déduit que les étranges signaux devaient provenir d’une source extraterrestre intelligente, potentiellement des habitants de Mars. Tesla n’a toutefois jamais prétendu avoir entendu des signaux provenant d’un satellite extraterrestre en orbite autour de la Terre. C’est seulement aujourd’hui que certains affirment qu’il s’agissait d’une transmission de satellite d’origine inconnue, en orbite autour de la Terre, et que certains appelleront plus tard le chevalier noir (Black Knight).

Toutefois, on sait maintenant qu’il existe certaines sources extraterrestres naturelles qui émettent des signaux répétitifs tels que les pulsars. Ce sont des étoiles à neutrons à rotation rapide, découvertes pour la première fois en 1967, qui émettent un signal rythmique.

Le chevalier noir prétendument décodé

Dans les années 1920, des signaux anormaux ont de nouveau été détectés par des opérateurs radio amateurs. Ils étaient vraisemblablement d’origine terrestre, mais leur timing était bizarre ! En 1973, l’Écossais Duncan Lunan (1945-) s’est penché sur l’histoire de ces signaux pour voir s’il pouvait les expliquer. Lunan a conclut que les signaux étaient en fait des messages transmis par une sonde originaire de l’étoile Epsilon Böotes (Izar) qui se tenait près de la Lune depuis 13 000 ans. Il faut toutefois noter que Lunan n’est pas un astronome professionnel, mais plutôt un journaliste scientifique et un auteur de science-fiction. Cependant, le nom de Black Knight n’a jamais été mentionné par Luman; il n’a pas non plus lié personnellement son hypothèse d’Epsilon Böotes au Black Knight, il semble que d’autres gens en soient responsables.

Le programme ​​Corona

Quelques années plus tard, le satellite extraterrestre a de nouveau fait son apparition lorsque les journaux américains ont rapporté en 1960 qu’il y avait un objet inhabituel en orbite polaire, alors que les deux superpuissances de l’époque (USA et Union soviétique) avaient des satellites en orbite équatoriale. Une orbite polaire signifiait que le satellite pouvait voir chaque partie de la Terre. Mais aucun des deux pays n’avait reconnu être le propriétaire de cet objet étrange. Certains ont donc affirmé qu’il s’agissait certainement du Black Knight.

Mais des documents déclassifiés de cette époque suggèrent que l’objet en question était lié à un satellite d’espionnage du programme Corona des USA. On sait maintenant avec une quasi-certitude que l’objet mystérieux signalé était un gros morceau de débris du satellite Discoverer 8, sorti de manière inattendue lorsqu’il larguait sa capsule récupérable contenant son film photographique.

Les photos de la mission STS-88

La « preuve »  la plus récente et la plus citée d’un satellite extraterrestre remonte à 1998. L’équipage de la navette spatiale Endeavour a photographié un objet inhabituel en orbite terrestre basse (mais pas en orbite polaire). Ces images sont souvent présentées comme la preuve la plus évidente de ce satellite. Cependant, une analyse plus minutieuse montre que cette structure étrange ressemble plus à un morceau de débris spatial. En réalité, cet objet noir (qu’on voit sur la photo) est probablement une couverture thermique qui s’était délogée lors d’une sortie extravéhiculaire (EVA) de la mission STS-88 qui fut la première mission américaine à commencer la construction de la Station Spatiale Internationale.

La couverture a finalement brûlé quand elle est tombée hors de son orbite environ une semaine après qu’elle ait été perdue.

Histoires plus récentes du Chevalier Noir

En août 2015, des images de Jacksonville, en Floride, montraient un objet mystérieux planant dans le ciel. Il ressemblait étrangement à l’objet sur la photo de l’Endeavour, et certains prétendent qu’il s’agit du satellite Black Knight. Ensuite, en janvier 2016, des images de la Station spatiale internationale ont montré un objet mystérieux flottant à proximité. Le satellite Black Knight selon les adeptes de la théorie du complot. La NASA n’a toutefois fourni aucune explication concernant l’objet mystère.

Nul doute qu’on entendra encore parler du mystérieux satellite extraterrestre Black Knight, qui poursuit sa mission d’espionnage de notre planète depuis 13 000 ans !

Crédits Photo

Share this post