Blogueurs : rester sur du mutualisé, c’est possible !

La plupart des blogueurs débutent avec un hébergement mutualisé. Et pour cause puisque ce n’est pas cher et qu’on n’a pas forcément besoin de plus. Sauf qu’au bout d’un moment, on se met à accumuler pas mal de visiteurs et ça ne suffit plus. Vient alors le moment tant redouté du passage au serveur dédié, avec tout ce que ça implique. Oui sauf que nous allons voir qu’on peut aussi s’y prendre autrement et que le mutualisé a plus d’un tour dans son sac…

Au risque de vous décevoir, je n’aime pas les serveurs dédiés. Pas du tout. Le webdesign, le développement, le référencement, écrire des conneries sur mes blogs, ça m’éclate. Mais pas l’administration d’un serveur, que ce soit en SSH ou avec des solutions logicielles comme Plesk. Tenez, là, je suis justement en train de bosser sur le sujet et je pense que je n’ai jamais autant eu envie d’avaler des fourchettes.

Ce qui explique sans doute pourquoi la Fredzone tourne toujours sur du mutualisé.

Le serveur dédié, une question de trafic ?

Quand il m’arrive de discuter avec d’autres blogueurs (c’est rare, ils me font peur) et que le sujet tombe sur la table, je leur demande souvent pourquoi ils ont opté pour un serveur dédié. Généralement, ils me répondent tous que c’est à cause de leur incroyable trafic et qu’ils n’ont pas eu le choix.

Et ils mentent.

Pourquoi ? Pour deux raisons. La première, c’est qu’ils ont toujours une lueur inquiétante dans le regard quand ils m’envoient cette réponse en pleine gueule. La seconde, c’est qu’ils font moins de trafic que la Fredzone et qu’elle arrive à tenir le coup sur du mutualisé avec du 5.000 / 6.000 VU par jour. Bon, cela dit, à partir de 10.000 VU par jour, je suppose que ça doit devenir tendu, et encore…

Alors c’est sûr, avoir sa machine rien qu’à soi, c’est une chouette idée. Genre on est les maîtres de l’univers, toussa toussa. Mais bon, mine de rien, ça coûte quand même assez cher et ce n’est pas toujours nécessaire, sauf dans des cas très particuliers. Oui, et nous allons justement voir comment faire pour rester sur du mutualisé et économiser plein de brouzoufs.

Comment rester sur du mutualisé et éviter de passer sur un serveur dédié

Il n’y a pas de secret. Si vous voulez rester sur du mutualisé, vous allez devoir faire un effort et mettre un peu les mains dans le cambouis. A noter que ce n’est pas la mort non plus, hein, il suffit d’être rigoureux et d’utiliser les bons outils.

Première règle : optimiser son blog pour économiser du CPU

Le gros problème des hébergements mutualisés, c’est que vous partagez les ressources de votre machine avec d’autres webmestres. Ce qui fait que votre hébergeur a forcément du instaurer des quotas. Chez OVH, par exemple, à partir de 200 alertes CPU en une journée, c’est simple, votre site est suspendu. Même que c’est déjà arrivé à la Fredzone qui tourne maintenant à une moyenne de 30 / 50 alertes par jour.

Bref, pour optimiser son site et économiser du CPU, il suffit de suivre les quelques conseils suivants :

  • Optimiser son code : Le code, ça s’optimise. N’hésitez donc pas à repenser la structure de vos CSS et à virer tous les scripts qui ne vous servent pas.
  • Utiliser des CSS Sprites : Une image est égale à une requête. C’est la raison pour laquelle il est préférable de regrouper toutes les images de son thème dans un sprite. Si vous ne savez pas de quoi il s’agit, alors il suffit d’aller jeter un coup d’oeil à cet article dédié publié sur Weedle.
  • Installer un système de cache : Pour épargner son serveur, rien ne vaut un système de cache. Et en la matière, rien ne valent des outils comme WP Super Cache ou encore DB Cache (WordPress).

Précisons que cette liste est loin d’être exhaustive. Je ne suis pas tout puissant, je ne sais pas tout mais ce sont en tout cas ces trois conseils là que j’ai appliqué pour la Fredzone. A noter que j’avais consacré un article complet sur Weedle il y a quelques temps pour WordPress. Cela dit, évitez d’utiliser des plugin de « minification CSS / JS », ces derniers ont tendance à bouffer pas mal de ressources CPU.

Seconde règle : soigner sa base de données

Optimiser son code, c’est bien, mais cela ne suffit pas. Certes, votre blog déclenchera moins d’alertes CPU, il aura donc moins de chance d’être suspendu par votre hébergeur, mais il y a aussi un autre problème : votre base de données. Et qu’on se le dise, ce n’est pas qu’un problème de poids, hein…

Bon, c’est sûr, au bout d’un moment, elle va gonfler. C’est inévitable. Mais le pire, ce sont surtout les connexions simultanées…

Prenons l’exemple de la Fredzone. Elle est hébergée chez OVH, sur un plan Pro qui me coûte quelque chose comme 60 € par an. Avec cette solution d’hébergement, j’ai le droit à quatre bases de données : trois de 50 Mo et une de 500 Mo. On pourrait se dire que cette dernière suffira amplement (c’est le cas, ma base de données ne pèse que 60 Mo) mais il y a un problème de taille…

Elle n’autorise que 10 connexions simultanées.

Ce qui veut dire en théorie que la 11ème personne qui tentera d’accéder à ma base de données devrait se prendre une vilaine erreur dans la tête. Oui et même en optimisant son code, en utilisant les CSS Sprites et en utilisant des systèmes de cache, c’est inévitable. D’ailleurs, si vous me suivez régulièrement, vous devez vous souvenir d’une période où les erreurs SQL étaient très très nombreuses (ah, le « Error establishing a database connexion », que de souvenirs…).

Alors, comment j’ai fait pour esquiver le problème, hein ?

Et bien j’ai souscrit à une option intéressante que propose OVH : le SQL Privé. En gros, cela me permet d’avoir un serveur SQL rien qu’à moi qui dispose de sa propre mémoire vive et qui est illimité tant au niveau de la taille que du nombre de connexions. Pratique, très fun à administrer et pas cher puisque la formule de base ne coûte que 7 € par mois.

Et alors, je fais quoi, moi ?

Tu es un grand garçon, ou une grande fille, alors je ne vais évidemment pas te dire comment tu dois gérer ton blog, hein… Non, tout ce que je dis, moi, c’est que le plus petit Kimsufi coûte environ 430 € à l’année et que ma solution à moi, seulement 146 €. C’est mathématique, de toute manière un dédié coûtera toujours plus cher.

Mais ce n’est pas qu’une question de fric non plus. Bon, c’est sûr, l’argent, c’est important (il faut être hypocrite ou très riche pour dire le contraire), mais il ne faut pas non plus oublier qu’un serveur dédié demande pas mal de temps. Entre l’administration, les différentes mises à jour et les interventions en cas de panne, on peut dire que c’est presque un boulot à plein temps.

Oui et on sait bien que remplir un blog, c’est déjà presque un boulot en soi. Enfin, pour peu que vous écriviez régulièrement des billets. Donc forcément, si on veut pouvoir dormir de temps à autres derrière et avoir un semblant de vie sociale, autant minimiser les frais.

Prendre un serveur dédié, c’est effectivement un choix mais on ne me fera jamais penser que c’est obligatoire. Enfin pas pour la majorité des blogueurs, hein…