Box-office France : « Venom » bien léché

Sur la semaine du 10 au 16 octobre 2018, le Venom de Ruben Fleischer a brillé, voire même relui, au box-office français où il a ainsi été proche de réunir un million d’adeptes dès sa sortie en salles. Son dauphin signe quant à lui une semaine 2 assez mitigée, voire heureuse en prenant en compte sa réception critique et sa qualité de suite.

Un peu à la manière d’un Suicide Squad, à la différence que l’espoir était vraisemblablement plus grand pour le film de David Ayer, Venom a semblé décevoir les spectateurs qui s’attendaient à des aventures autrement plus osées pour l’antagoniste de Spider-Man à la langue (trop) bien pendue.

Mais la patience et la prudence n’étant visiblement pas les qualités premières de ce public exigeant, au contraire de la curiosité et d’une envie d’aider Marvel à ne pas tomber dans le rouge, Venom a cartonné pour ses débuts dans les salles obscures françaises. Le long-métrage de Ruben Fleischer y a ainsi d’ores et déjà enregistré 941.817 entrées (chiffres JP’s Box-Office).

En semaine 2, « Alad’2 » s’accroche, mais fait bien moins que le premier volet

Que les fans de Kev Adams trouvent là un motif de se réjouir, Alad’2 perd certes une place par rapport au précédent classement, mais ses 382.179 spectateurs supplémentaires lui permettent de franchir la barre du million d’entrées cumulées depuis sa sortie. On pourra aussi rappeler que sur les deux premières semaines des nouvelles aventures d’Aladin, l’écart n’avait été que d’une centaine de milliers de spectateurs avec un départ à 1,4 million.

Derrière A Star Is Born (286.268) qui perd une position, la foire aux nouveaux. À la quatrième place, on trouve ainsi Voyez comme on danse (226.289), une comédie dramatique de Michel Blanc dont l’affiche donne irrémédiablement envie de la renommer « Voyez comme on n’a même pas été capables de prendre en une seule photo les comédiens du premier plan ».

Dilili à Paris (cinquième, 134.356) est le nouveau film d’animation de Michel Ocelot après Kirikou et les Hommes et les Femmes en 2012. Johnny English contre-attaque, sixième, semble confirmer que le premier film se suffisait à lui-même. En enregistrant 121.585 entrées contre 184.368 pour Johnny English, le retour et 428.079 pour Johnny English, il motive ainsi difficilement tout autre constat. On relèvera pour finir l’audace du réalisateur belge Lukas Dhont d’avoir nommé son drame Girl (septième, 116.438), même si l’affiche a pu également attirer par son listing des récompenses décrochées au dernier Festival de Cannes.

Mots-clés box-officevenom