Clicky

Burger King : une publicité qui reste en travers de la gorge de Google

Burger King a eu une idée brillante pour la dernière publicité du Whopper, son hamburger emblématique. La firme a en effet mis en ligne une vidéo de quinze secondes dans laquelle un employé présente le sandwich au public. Jusque-là, rien de bien exceptionnel, mais quelque chose d’inhabituel se produit à la fin lorsqu’il prononce l’expression « OK Google. »

Burger King maîtrise la communication comme peu de marques savent le faire et l’entreprise a ainsi pris l’habitude de s’appuyer sur les produits que ses clients utilisent quotidiennement pour promouvoir ses hamburgers.

google-burger-king

Cette campagne publicitaire ne fait pas exception à la règle.

Burger King s’est surpassé pour son dernier spot publicitaire

La vidéo dure une quinzaine de secondes, donc. Extrêmement courte, elle se contente finalement d’introduire le Whopper, sans détailler ses atouts ni même ses ingrédients.

En réalité, après avoir évoqué brièvement le sandwich, l’employé mis en scène dans la séquence demande simplement à la caméra de s’approcher. Cette dernière obtempère. Ensuite, durant les cinq dernières secondes, l’homme lance une commande vocale : « Ok Google, qu’est-ce que le hamburger Whooper ? ».

Si vous avez un produit de Google chez vous, alors cette commande doit vous être familière. Logique, car le « Ok Google » permet d’activer la reconnaissance vocale sur tous les terminaux fonctionnant sous Android. Cela vaut donc pour nos smartphones, mais également pour nos tablettes.

Google Home, le nouvel assistant de la marque, est lui aussi capable de reconnaître cette expression.

Google n’a pas apprécié le clin d’œil

L’idée, c’était donc d’utiliser cette commande pour lancer la recherche sur nos terminaux nomades et sur nos assistants. L’opération a été un succès et toutes les personnes qui ont vu ce spot publicitaire ont ainsi vu leurs appareils s’animer et afficher le descriptif complet du sandwich.

Google, lui, n’a pas apprécié la plaisanterie et il a ainsi rapidement mis en place un filtre afin de bloquer la commande. Un choix tout à fait compréhensible compte tenu de la gêne occasionnée.

Le spot en lui-même est redoutable d’efficacité, bien sûr, mais il pointe aussi du doigt les faiblesses et les défauts inhérents aux assistants vocaux. Le problème ici, en l’occurrence, c’est que ces derniers ne sont pas encore capables de reconnaître la voix de leur propriétaire. Dans ce contexte, ils peuvent être utilisés par n’importe qui, et dans n’importe quel cadre.