Clicky

Call of Duty : Sledgehammer voulait refaire dans le futuriste

Serait-on passés à deux doigts de l’ennui intersidéral ? La question se pose alors qu’Eric Hirshberg (CEO d’Activision) vient d’indiquer, qu’initialement, Sledgehammer – à qui l’on doit Call of Duty WWII, lancé la semaine dernière – avait prévu de faire un autre opus futuriste de la célèbre licence guerrière d’Activision.

Un projet qui fut heureusement botté en touche par la firme de Santa Monica au cours de l’année 2014, et ce pour mieux se recentrer sur les origines de la franchise : la Seconde Guerre Mondiale ; et sur un gameplay « boots on the ground » plus proche de celui proposé sur les tout premiers épisodes de la saga.

CoDWWII-Sledgehammer

Si le retour à la 2e Guerre Mondiale semble réussir à Call of Duty, Sledgehammer voulait à la base refaire un FPS futuriste. Dieu merci, ils en furent dissuadés.

Ce détail cocasse concernant les prémisses de l’épisode de Call of Duty lancé cette année, on le doit à une brève interview du CEO d’Activision donnée au média américain NewsWeek. Inutile de préciser que sur ce coup Activision a eu le nez creux – le marché n’étant plus vraiment réceptif aux épisodes futuristes proposés ces dernières années. Il suffit d’ailleurs de jeter un œil aux chiffres de ventes d’Infinite Warfare pour s’en convaincre.

« Sledgehammer voulait faire Advanced Warfare 2 »

Si le premier opus d’Advanced Warfare avait été plutôt bien accueilli par la critique et le public, force est de constater que le choix de se recentrer sur la Seconde Guerre mondiale semble s’avérer payant pour la firme de Bobby Kotick et Eric Hirshberg.

Outre le fait de jouer sur la fibre nostalgique de certains joueurs, Call of Duty WWII se paye le luxe de renouer avec les passionnés d’Histoire, avec un solo voulu comme au plus proche de la réalité historique et du quotidien des soldats engagés dans le conflit.

À ce propos Eric Hirshberg déclare notamment avoir été très tôt convaincu de la capacité de Sledgehammer de créer un titre cohérent et fidèle aux tristes événements de la Seconde Guerre Mondiale. Il explique notamment : « Nous étions certains qu’ils deviendraient des historiens, qu’ils feraient tout pour que le jeu soit authentique, et qu’ils y apporteraient le plus grand soin. On savait aussi qu’ils parviendraient à capturer l’intensité de la Seconde Guerre Mondiale« .

À en croire les premiers retours de la presse, et celui des joueurs ayant déjà eu l’occasion de boucler la campagne solo, Sledgehammer a effectivement atteint ses objectifs de ce côté.

Share this post

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.