Cargo Bridge : des ponts, du fun et de la réflexion

Parfois, le monde est bien fait. Bon, la plupart du temps, il est merdique mais il arrive quand même parfois que les choses se passent bien. Et justement, alors même que j’étais en train de vous chercher un petit jeu en flash histoire de vous détendre (oui, je prends soin de vous, tout le monde le sait), c’est l’ami Thierry qui a consacré un billet à Cargo Bridge, un jeu tellement génial que j’ai tout de suite eu envie de vous en parler.

Cargo Bridge, l'écran d'accueil

Les ponts, c’est la vie. Et j’irai même plus loin en disant que c’est ce qui nous sépare de l’animal (enfin ça et cette incroyable soif de violence qui a déjà fait pleurer toutes les connasses de Miss France de notre histoire). Non parce que le castor, quand il se retrouve face à un précipice et qu’il n’y a pas de flotte, et bah il ne branle rien. Il reste là, à fixer l’autre rive de ses yeux fourbes et finit invariablement par retrousser chemin. Alors que nous, on a une grosse paires de cojones et on a appris à construire des putains de ponts pour aller où l’on a envie d’aller.

Moralité, les castors sont des cons.

Cargo Bridge, un de mes fantastiques ponts

Avec Cargo Bridge, vous allez pouvoir faire fonctionner ce qui vous reste de neurones en essayant de filer un coup de main à des ouvriers syndicalistes. Globalement, ces derniers doivent aller récupérer des caisses de drogue (ou parfois des éléphants parce que ce sont des enfoirés de colonialistes) et les ramener au bercail, tout en franchissant des ravins de ouf guedin (trop d’la balle, je fais des rimes !). Et comme ils ont le cerveau d’un Lemmings prostatique, autant vous dire qu’ils ne pourront compter que sur vous.

Cargo Bridge, la phase d'édition

Mais attention, car ce n’est pas tout. Et non, vu que nous vivons dans un monde capitaliste, il vous faudra en plus gérer un budget très serré. Autant vous dire qu’il vaudra mieux vous serrer la ceinture si vous souhaitez avoir assez de fric pour gérer les derniers niveaux. D’ailleurs, le truc con, c’est qu’il est impossible de faire comme dans la vraie vie et d’utiliser le prétexte d’une crise économique bidon pour foutre son personnel au chômage et engranger encore plus de brouzoufs pour remplir son jacuzzi de putes (ou de Miss France, on n’est pas sectaire).

Cerise sur le gâteau, si vous avez la possibilité de jouer en ligne, vous pouvez aussi récupérer Cargo Bridge sur votre machine de gros bourgeois nantis.

Via Thierry

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.