Les Sims Social : les carrières arrivent demain !

Ah, Les Sims Social… C’est sûr, adapter l’univers des Sims à Facebook, c’était une sacrée bonne idée et autant dire qu’ils ont été nombreux à se précipiter dessus lorsque le titre est arrivé sur le marché en août dernier. Faut dire aussi, le bougre est plutôt complet et on retrouve finalement la plupart des particularités des Sims. Oui, enfin à l’exception d’une chose qui lui fait cruellement défaut : les carrières. Et justement, si l’on en croit les derniers bruits de couloir en date, les carrières vont arriver très prochainement sur Les Sims Social. Quand ? Demain, apparemment…

Les Sims Social : les carrières arrivent demain !

Et ça, c’est la grande classe parce que le titre était quand même pas mal limité jusqu’à présent. Bon, on pouvait apprendre à peindre ou à jouer d’un instrument de musique et gagner ainsi quelques simflouzes, c’est vrai, tout comme il était également possible d’accomplir quelques quêtes ponctuelles pour arrondir ses fins de mois et dépenser immédiatement son fric dans la décoration de sa maison, mais les carrières manquaient quand même à l’appel.

Mais ce sera bientôt de l’histoire ancienne. On manque encore de détails au sujet de ces dernières mais il sera vraisemblablement possible de choisir entre plusieurs carrières. Mieux, notre choix aura également un impact dans la vie de tous les jours. Si vous décidez que votre Sim doit devenir une star du rock, alors il gagnera plus d’argent lorsqu’il répètera à la maison. En outre, il sera également possible de gagner des « points de carrière » qui nous permettront de remplir les différentes quêtes qui nous seront proposées et donc d’évoluer ensuite dans notre poste. Le tout avec des récompenses au bout, forcément… Et donc des objets ou des tenues à débloquer histoire de frimer encore un peu plus auprès de nos amis virtuels.

Voilà, moralité, si vous ne saviez pas quoi faire demain, voilà de quoi vous occuper… Enfin en espérant que le lancement des carrières soit mondial, évidemment, mais ça c’est encore une autre histoire.

Via