Cars : une horrible théorie sur l’univers du film

Cars est un dessin animé extrêmement populaire chez les enfants, mais il passionne aussi de nombreux adultes. Jadon Torchinsky, un journaliste travaillant pour le site Jalopnik, s’intéresse depuis un moment pour son univers et il a développé une théorie assez folle à propos de la véritable nature de ces drôles de petites voitures.

Cars a été le septième long-métrage d’animation réalisé par les studios Pixar. Le premier film est sorti en 2006 aux Etats-Unis et il a été suivi par un second film en 2011. Le troisième sortira un peu plus tard dans l’année, autour de l’été.

Théorie Cars

Et si Cars n’était pas exactement un dessin-animé ?

L’histoire se focalise sur Flash McQueen, une voiture de course.

Cars : une dystopie au lieu d’un dessin- animé ?

Avide de succès, cette dernière va s’inscrire à la Piston Cup afin de pouvoir intégrer l’écurie Dinoco et devenir ainsi la voiture de course la plus célèbre de la planète.

Tout ne va cependant pas se passer comme prévu et notre ami à quatre roues va ainsi essuyer de nombreuses déconvenues. Il va même enchaîner les galères. Fort heureusement pour lui, et aussi pour nos enfants, ces mésaventures vont aussi l’aider à grandir.

Voilà pour les grandes lignes. Cars ne réinvente pas la roue (haha), c’est vrai, mais il s’agit tout de même d’un bon divertissement et le film profite en plus d’une réalisation très soignée.

Le deuxième aussi, naturellement.

Toutefois, Jason Torchinsky pense pour sa part que ces films offrent plusieurs niveaux de lecture différents. C’est d’ailleurs ce qui lui a permis de développer cette fameuse théorie.

À première vue, Cars se déroule dans un univers assez similaire au nôtre. Des immeubles, des rues, des panneaux lumineux, la ressemblance est frappante. Enfin presque, car cet univers n’abrite ni humains ni animaux. Étrange, n’est-ce pas ?

Théorie Cars : image 1

Mais à quoi peuvent bien servir ces rétroviseurs ?

Un univers pensé pour les humains

Certes, d’autant que toutes les installations semblent être faites pour notre espèce. Les immeubles ont des portes avec des poignées et les voitures ont des rétroviseurs, ce qui serait totalement inutile si elles avaient leur vie propre. Mieux, on retrouve aussi les mêmes pays et les mêmes frontières, chacun avec leurs traditions et leur culture.

Dans ce contexte, Jason pense que ces films ne se déroulent pas dans un autre univers, mais dans le nôtre. Oui, mais pas à notre époque.

En réalité, d’après la théorie de notre confrère, Cars serait une dystopie et ces deux films se dérouleraient ainsi plusieurs milliers d’années dans le futur, dans un univers où l’homme a été contraint de se réfugier… dans sa voiture pour survivre.

Et attention, car Jason a été assez loin. Dans son article, il part en effet du postulat que l’émergence des voitures autonomes a fini par diviser la société en deux camps. Les chauffeurs adeptes d’une conduite à l’ancienne ont fini par être mis de côté et par se réfugier dans des communautés indépendantes afin de pouvoir continuer à vivre leur passion… et à utiliser une bonne vieille boîte de vitesse manuelle.

Ensuite, quelques années plus tard, le monde a été confronté à un virus mortel extrêmement dangereux, un virus qui a tué tous les animaux et une bonne partie de l’humanité. Les seuls à avoir survécu sont précisément ces pilotes adeptes d’une conduite à l’ancienne puisqu’ils vivaient loin des villes.

Théorie Cars : image 2

Un monde fait pour des voitures, vraiment ?

L’histoire du virus tueur

Mais voilà, face à la situation, les rares survivants ont été contraints de se réfugier dans leurs voitures, des voitures équipées d’un système de survie autonome et d’une interface homme-machine suffisamment évoluée pour faciliter leurs interactions sociales.

C’est d’ailleurs ce qui explique pourquoi ces voitures parlent notre langue.

Afin de sauver le maximum de personnes, les instigateurs de ce projet fou ont mis au point une nouvelle industrie dans laquelle les bébés sont élevés dans des cuves pour être ensuite placés dans des voitures spécialement équipées pour l’occasion.

Un peu comme Matrix, donc, la Matrice en moins.

Oui, mais Jason n’en reste pas là, car il présente aussi des preuves. Sa théorie explique en effet pourquoi les voitures ont du caractère, et pourquoi les films ne mettent pas en scène de coupés ou de convertibles. De son point de vue, c’est aussi pour cette raison que les voitures n’ouvrent jamais leurs portes.

Et les yeux sur le pare-brise, alors ? Pour lui, il s’agit d’une illusion provoquée par les lentilles utilisées par le système de survie. Ces dernières grossissent en effet les yeux des pilotes et une visière empêche de faire apparaître leur nez ou même leur front. Et la bouche ? Il n’en parle pas, en revanche.

Mais le plus fou, finalement, c’est que Jason pense aussi que ces voitures ont totalement oublié leurs origines humaines. Elles pensent ainsi qu’elles sont réellement des voitures.

Théorie Cars : image 3

Et soudain, votre innocence disparut !

Mots-clés insolite