Cassini a photographié un objet mystérieux avant de disparaître

Ce vendredi 15 septembre 2017 s’est achevée la mission spatiale Cassini-Huygens (Cassini pour les intimes). La sonde spatiale avait été mise en orbite autour de Saturne en 1997, par la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA).

Après 20 ans de bons et loyaux services, et environ 3,26 milliards de dollars consentis, Cassini a effectué sa dernière mission d’autodestruction (baptisée « Grand Final ») dans l’atmosphère de la planète aux anneaux.

Cassini : image 1

Mais avant de mourir, la sonde à photographié pour la dernière fois l’un des grands mystères non résolus de la planète géante : le phénomène baptisé «Peggy».

Un objet mystérieux baptisé du nom de la belle-mère de celui qui l’a découvert

Peggy est une perturbation mystérieuse à la frontière de l’anneau A de Saturne. Elle a été découverte pour la première fois en 2013 par l’astronome Carl Murray de l’Université Queen Mary à Londres. Il a repéré cette perturbation étrange alors qu’il étudiait une image de la lune Prométhée de Saturne sur le bord extérieur de l’anneau A. « Le jour où je l’ai trouvé c’était l’anniversaire de ma belle-mère », rappelle Murray. Alors il l’a baptisé Peggy en son honneur. « Cela me semblait approprié », dit-il.

Murray et ses collègues ont pensé que la perturbation devait être causée par un objet intégré dans les anneaux. « Nous n’avons jamais réellement résolu le problème », a déclaré Murray. « Tout ce que nous pouvons faire, c’est de continuer à suivre le phénomène ».

Une nouvelle lune en naissance autour de Saturne ?

En mesurant la taille de la perturbation, il a rapidement compris qu’il ne pouvait pas s’agir d’une lune solide. « Ce serait une grande lune de la taille de Titan », explique Murray. « Si une lune de cette taille était là, cela perturberait totalement l’anneau. » Au lieu de cela, il a pensé qu’il devait s’agir d’un nuage dense de poussières et de débris, englobant éventuellement une proto-lune qui ne s’était pas encore libérée pour devenir un objet indépendant.

Au fur et à mesure que l’objet mystérieux se rapproche et s’éloigne de Saturne dans les anneaux, il provoque une perturbation le long du bord extérieur, ce qui fait varier sa vitesse. « En mesurant la vitesse de la perturbation, nous pouvons mesurer les paramètres orbitaux de l’objet », explique Murray.

Le mystère de Peggy reste donc entier, et il incombera au successeur de Cassini d’apporter plus d’éléments de réponse !

Cassini : image 2