CATT : l’algorithme qui identifie les prédateurs sexuels en ligne

Grâce à un nouvel algorithme développé par les scientifiques de l’université Polytechnique de Purdue, les sites web de discussions en ligne seront plus sécurisés. Le programme informatique conçu par les chercheurs de cette université permet d’identifier les prédateurs sexuels présents dans les chats.

Baptisé Chat Analysis Triage Tool (CATT) ou Outil d’Analyse de Chat, cet algorithme est capable d’analyser les données des conversations en ligne pour identifier les personnes pouvant représenter un danger. Avec les innombrables forums de discussions qui pullulent actuellement sur la toile, il devient plus facile pour les prédateurs sexuels de trouver des victimes.

Le CATT aidera les enquêteurs à retracer plus facilement les personnes malintentionnées sur ces forums de discussions.

Un outil qui deviendra bientôt indispensable

Kathryn Seigfried-Spellar, professeure adjointe en informatique et technologie de l’information et chercheur principal à l’origine de la création de ce nouvel algorithme, a présenté le Chat Analysis Triage Tool lors de la conférence de l’Association internationale des analystes du renseignement à Anaheim, en Californie, aux États-Unis.

Durant cette conférence, elle en a profité pour expliquer qu’actuellement, les agents des forces de l’ordre sont inondés par des cas impliquant la sollicitation sexuelle de mineurs sur les forums. D’après Kathryn Seigfried-Spellar, son algorithme sera d’une grande utilité pour détecter et traquer les délinquants sexuels.

Un algorithme qui a fait l’objet de nombreux tests

Pour mettre au point cet algorithme, Kathryn Seigfried-Spellar a indiqué que son équipe a utilisé des données provenant de conversations en ligne fournies volontairement par les forces de l’ordre des États-Unis. « Nous avons traversé et essayé d’identifier les différences basées sur la langue et des facteurs comme la révélation de soi. » a-t-elle expliqué.

Durant la présentation de CATT, Kathryn Seigfried-Spellar a indiqué que son programme permettrait aux agents de la police de travailler à travers le volume de sollicitations et d’utiliser des algorithmes pour examiner l’utilisation des mots et les habitudes de conversation par un suspect.

Grâce à CATT, Kathryn Seigfried-Spellar espère à l’ avenir pouvoir prévenir une agression sexuelle et protéger les mineurs, malheureusement les plus vulnérables, qui font partie des cibles préférées des prédateurs sexuels.