Ce téléphone n’a pas besoin d’une batterie pour fonctionner

L’Université de Washington a réussi à fabriquer un téléphone fonctionnant sans batterie. L’appareil utilise en effet les ondes environnantes pour réussir à maintenir une communication cellulaire.

Les performances de nos téléphones ont littéralement explosé ces dernières années. Désormais, les terminaux les plus puissants embarquent des puces composées de six ou huit cœurs et certains d’entre eux intègrent même 6 ou 8 Go de RAM, offrant du même coup des performances analogues à celles de certains de nos ordinateurs.

Téléphone sans batterie

Toutefois, l’autonomie reste encore un problème crucial malgré l’arrivée des batteries de haute capacité et de toutes les technologies associées comme le chargement rapide ou le chargement sans fil.

Un téléphone sans batterie

Sauf exception, les mobinautes doivent donc prendre le temps de recharger leur téléphone tous les uns ou deux jours afin de pouvoir continuer à l’utiliser. Le plus ironique, c’est que les premiers téléphones portables pouvaient pour leur part rester plusieurs semaines sans voir l’embout d’un chargeur.

L’Université de Washington a donc constitué une équipe afin de travailler sur des technologies alternatives et six chercheurs de l’établissement ont ainsi réussi à trouver un moyen pour se débarrasser définitivement de ces encombrantes batteries.

Le téléphone développé par leurs soins est assez particulier et il tend ainsi davantage vers la carte imprimée. Dénué d’écran, il laisse simplement apparaître un pavé numérique accompagné de quatre touches supplémentaires : A, B, # et *.

Ceci étant, l’appareil a une particularité très intéressante : il est totalement dénué de batterie.

Pour réussir cette prouesse, les chercheurs ont tout simplement fait en sorte que le téléphone soit en mesure d’aller puiser son énergie dans les ondes radioélectriques émises par les équipements qui nous entourent. Ensuite, ils se sont assuré qu’il puisse maintenir la charge durant toute la durée d’une communication.

Un système intéressant, mais limité

La tâche n’a pas été aisée, et ce pour une raison évidente. La puissance récoltable par le téléphone ne pouvait atteindre que 3,5 microwatts. Histoire de mettre ce chiffre en perspective, une communication téléphonique standard durant deux ou trois minutes consomme entre 600 et 1200 milliwatts, une valeur bien supérieure à celle de l’appareil.

Pour rester dans les clous, les scientifiques ont dû rechercher l’économie et ils ont ainsi choisi de supprimer la conversion des signaux analogiques en signaux numériques. Ils ont donc mis en place un microphone passif générant des variations électriques grâce aux mouvements de sa membrane et ils ont développé une station capable de les récupérer et de transmettre ensuite la communication vers le réseau téléphonique de l’opérateur contacté.

Leur prototype était plutôt limité en termes de rayon d’action et il ne pouvait ainsi pas dépasser les 9 ou les 15 mètres. Toutefois, les chercheurs pensent qu’en utilisant une vraie station de base, alors ils pourraient offrir une portée située autour d’un kilomètre.

Mots-clés insolite