Celestis, l’entreprise qui envoie les cendres de nos défunts dans l’espace

Avec l’explosion des activités non gouvernementales, l’espace est devenu un vaste marché à conquérir pour de nombreuses entreprises privées. Pour certaines personnes, c’est un endroit plus intime, paisible, voire sacré. Pour cette raison, Celestis s’est spécialisée dans l’envoi de convois funéraires dans le cosmos. Il s’agit de la première et seule entité privée à avoir envoyé les cendres de défunts dans l’espace avec succès.

Rappelons que Celestis a été créée par le militant vétéran de l’espace Charles Chafer en 1994. Depuis, la société a déjà réalisé quatorze lancements. Dans l’avenir, elle prévoit deux à trois lancements par an. A long terme, l’entreprise envisage d’effectuer le premier vol funéraire à destination de l’espace interstellaire en 2019.

Inde Fusée

Selon les proches des défunts qui ont déjà vécu l’expérience, le moment le plus sensationnel et convivial offert par le service serait celui du lancement.

Des expériences variées

L’entreprise propose plusieurs options ou « expériences ». Il y a par exemple l’expérience « Earth Rise », un vol suborbital à dix-mille euros qui ramène la capsule sur Terre. Il y a également l’option « Voyager » qui consiste à placer la capsule en orbite autour du Soleil pour 10 700 euros.

Dans la liste de ceux dont les cendres ont été envoyées dans l’espace et ceux qui ont déjà passé leur commande, il y a de nombreuses personnalités importantes. On y trouve, par exemple, l’écrivain de science-fiction Arthur C. Clarke, l’astronaute Bill Pogue, le partisan de la colonisation spatiale Gerard K. O’Neill et le créateur de Star Trek Gene Roddenberry ainsi que sa femme, l’actrice Majel Barrett Roddenberry.

Un moment inoubliable

David Livingston est le fondateur et modérateur de The Space Show. Il a chargé quelques grammes des cendres de sa mère à bord de trois lanceurs commerciaux différents. En parlant de l’expérience du lancement, il a fait allusion à l’Overview effect. « L’expérience est un peu similaire à l’Overview Effect lorsque la fusée décolle même si, évidemment, ce n’est pas littéral. Cela tient plus à un sentiment d’unité et de communauté parmi les participants, qui sont tous issus de milieux et de cultures différentes », a-t-il raconté.

Chafer a d’ailleurs confirmé ces propos en affirmant : « C’est tout à fait ça. Il y a ce sentiment extraordinaire de camaraderie et de proximité sur l’aire de lancement, c’est tellement gratifiant à voir. »