Clicky

[CES 2018] Wink Bar : le guidon connecté français fait fureur

Vous êtes un roi du dérailleur, mais votre sens de l’orientation laisse clairement à désirer ? Eh bien figurez-vous qu’une jeune entreprise française a potentiellement ce qu’il vous faut pour combler ces petites lacunes de navigation. Velco est en effet l’une des 300 start-ups frenchies qui ont fait le déplacement jusqu’à Las Vegas, et elle propose un dispositif à la fois peu commun et novateur : un guidon de vélo connecté.

Baptisé Wink Bar, ce dernier dispose notamment d’un système de guidage permettant au cycliste perdu de (re)trouver sa route grâce à deux barres de LEDs (dont la luminosité atteint les 224 lumens) disposées de part et d’autre du guidon. Connectées au smartphone ces dernières émettront des signaux lumineux indiquant la direction à suivre (un flash côté droit indiquera par exemple qu’il faut prendre la prochaine à droite).

La start-up française Velco n’est pas venue les mains vides à Las Vegas. Elle a emmené dans ses valises une certaine Wink Bar, un guidon connecté qui cartonne.

Ce n’est toutefois pas la seule fonctionnalité proposée par la Wink Bar, puisqu’elle permettra aussi de situer en temps réel votre vélo en cas de vol – et ce au moyen d’une puce GPS + Glonass directement intégrée dans le guidon en lui même. Bémol toutefois, l’activation de la géolocalisation n’est gratuite que pour trois mois. Il faudra par la suite s’acquitter d’un petit abonnement mensuel de 2 euros pour continuer à en profiter.

Un guidon connecté surtout pensé pour les fabricants de vélo

De manière plus basique, ces puissantes barres de LEDs pourront également faire office de feux de position et permettront d’être facilement vu sur la route lorsqu’il fait sombre. Velco indique d’ailleurs à ce sujet que les LEDs du dispositif pourront s’allumer automatiquement ou manuellement via l’application disponible sous iOS et Android. Le tout est alimenté via une batterie présente – elle aussi – dans le guidon. Elle aurait une autonomie d’un an selon le constructeur.

À l’heure actuelle, le carnet de commande de la start-up est plein à craquer jusqu’en septembre prochain. C’est en tout cas ce que Pierre Regnier, l’un des cofondateurs de Velco indiquait auprès de Les Numériques, tout en précisant travailler essentiellement avec les fabricants de vélos, les loueurs et les flottes de vélos citadines (vélib’ et consorts). La Wink Bar n’a donc pas vocation à être vendue directement aux particuliers.

On pourra toujours se dire que si le succès est au rendez-vous, Velco prendra peut-être la décision d’étendre sa gamme. Pourquoi pas en vue de proposer des kits accessibles au grand public.

Share this post

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.

  • jenarené

    ah d’accord la super start up , déjà le produit est nul a chier même moi un abrutie fini niveau 5 eme j ai de meilleur idée et ce depuis des décennies . l’idée bidon pour grossir sont réseaux (déjà bien pourrie,) au usa et toucher des sub et des subs

    ensuite on comprend vite le model franchie qui récupère les miettes du digital et du numérique refiler a des petits réseaux politico industriel car il ne faut pas oublier de rendre indirectement le pognon des subs d’état et ou de regions touchés par piston et réseaux en n’oubliant pas d’obliger a prendre un abonnement qui rapportera du fric aux réseaux qui a boosté cette pseudo startup .

    un conseil aux vraie créateurs aux vrais « génie » , si vous avez une idée ou autres concepts n en parlez pas en France votre idée sera volée piller pour alimenter les réseaux politico-industriel et associative .enfin bref piler pour alimenter le genre de starup dans la news qui on sait tous en enquêtent sur les cv de ces pseudos génie d où ils viennent ,qui ils ont dans leur relations et surtout rien dans la tête .

    PS : ce n’est pas pour rien que l’on met a la tête du numérique en France un pseudo génie et son invention bidon quand il était jeune ado , c’est parfaitement logique et cohérent .

    • jenarené

      Imaginez dans un pays petit comme la France et de plus en plus faible économiquement ou tout fonction par réseaux et relations qu’il y ait, du jour au lendemain un job ou un Zuckerberg ou deux google ? Pesant plusieurs milliards !!??

      deux de ces personnes et leur boite représente quasiment le produit intérieur brut de la France ce serait trop complexe a gérer pour les réseaux politique qui depuis 60 ans ce refile le pouvoir a tour de rôle. Ils ont trop peur de cela DES VRAI GENIE c’est bien la raison principal depuis 60 ans on verrouilles tout et on nui au vraie génies en France ( inventeur de la carte a puce etc etc etc etc x 5000 inconnus) tout en boostant des niais comme l’autre dézinguer au numérique , et du coup la France est toujours a la traine quand une révolution technologiques nous parvient de l’étranger ( l la micro-informatique , après l’internet et le web et aujourd’hui le numérique et le digital plu tard l’intelligence artificiel, etc. .

      Il faut du temps pour placer et structurer ses réseaux politique et industriel dans ces nouvelles révolution .Le temps de ces révolutions n’est pas le temps des réseaux politico-industriel du coup on est toujours a la traine et le pire est que l’on ne peut être compétitif sauf a récupérer les miettes et d en faire tout une montagne avec, aujourd’hui, ce que l’on appelle la french Tech .

    • isaak vabre

      Mais tu es qui toi ? Tellement facile de venir cracher son petit venin planqué derrière son écran pendant que d’autres bossent innovent comme cette startup.
      C’est vraiment typique de l’extrême droite ou l’extrême gauche de toujours cracher sur la France sur les entreprises françaises sur les français qui rèussissent mais quelle mentalité.
      La France toujours à la traîne mais n’importe quoi. Avoir tant de haine pour son pays, pauvre France une partie de ton peuple à la la haine envers toi