Clicky

C’est beau, c’est doux, c’est le test de Yoshi’s Woolly World !

Yoshi n’est pas le personnage qui provoque le plus la multiplication des jeux du côté de chez Nintendo. Si on voit en effet le personnage dans de nombreux titres rassemblant le plus souvent toute la panoplie Super Mario, on voit rarement le petit dinosaure s’illustrer dans son propre jeu. Mais c’est de nouveau le cas depuis peu au travers de Yoshi’s Woolly World, un titre Wii U que nous avions pu voir durant l’E3 2014 et qui est donc disponible depuis quelques temps chez nous.

Reste qu’il peut être utile d’en faire un petit test pour savoir si, hormis le fait qu’il soit mignon, le jeu est bon. Réponse tout de suite.

Yoshi's Woolly World

Recouvrez d’amour ce monde rempli de laine

Si vous avez ne serait-ce que regardé la jaquette du jeu, vous savez déjà quasiment tout de Yoshi’s Woolly World dans lequel tous les Yoshi sont entièrement constitués de laine et évoluent dans un monde tout aussi laineux.

Fermetures, boutons, tissus, il n’y a que ça autour de vous. Et si ça pourrait paraître de loin un peu gnangnan et peut-être même un peu lourd, il n’en est rien.

Yoshi's Woolly World

Car l’équipe de développement a eu la bonne idée d’adapter tout le jeu. La laine n’est pas ici un simple prétexte pour créer un énième Yoshi semblable trait pour trait aux autres : elle est entièrement intégrée au gameplay.

Ainsi, pour découvrir tous les secrets que renferme le jeu vous devrez détricoter de nombreuses plate-formes, tandis que d’autres pourront être tricotées grâce aux boules de laine que vous créez chaque fois que vous avalez un ennemi (et qui remplace donc les œufs, vous l’aurez compris).

Bizarrement, la laine permet d’ailleurs de donner un peu plus de réalisme par endroits, notamment au niveau des transformations de Yoshi qui, comme dans d’autres opus, peut effectivement se changer en quelques autres choses comme une moto ou autre. Grâce à la laine, ces transformations deviennent légitime. Enfin un peu plus que précédemment en tout cas.

En ce qui concerne l’histoire de base du jeu, elle est elle aussi entièrement basée sur la laine : un méchant sorcier débarque et détricote quasiment tous les Yoshi. Faisant partie des seuls survivants, vous le poursuivez et votre but est de retrouver toutes les pelotes pour retricoter vos amis.

Un gameplay un peu trop déjà vu quand même ?

Il est vrai que l’on pourrait faire un reproche à Yoshi : même si la laine est parfaitement intégrée au gameplay et qu’elle parvient à le modifier quelque peu, on reste face à un jeu Yoshi, et les joueurs de Yoshi’s Island, par exemple, ne seront pas perdus.

La raison ? C’est que les objectifs dans chaque niveau sont quasiment les mêmes : avoir le maximum de cœurs de vie et récupérer toutes les fleurs. Woolly World ajoute simplement les pelotes de Yoshi à la liste des choses à collectionner.

Quand on voit comment Super Mario a évolué au fil des années, avec des gameplays parfois très différents, on ne peut s’empêcher d’être un peu déçu devant ce constat : à quand un Yoshi en 3D, avec un système de visée de œufs utilisant le gamepad par exemple ?

Yoshi's Woolly World

Quoiqu’il en soit, Woolly World vous donne la possibilité de jouer en coopération. Si vous n’avez pas d’ami, vous pourrez le remplacer avec un amiibo (ce n’est pas pour rien qu’on trouve le mot « ami » dans « amiibo »).

Seulement… il vous faudra beaucoup, beaucoup, beaucoup de patience pour parvenir à jouer avec un amiibo. Certes cela peut à terme devenir très utile, allant jusqu’à remplacer les pelotes de laine au bon moment. Manque de bol, pour parvenir à la maîtrise qui permettra de rendre la présence de l’amiibo utile et plaisante, il faudra passer par un très long moment durant lequel cette même présence sera plus gênante qu’autre chose.

La bestiole reproduit vos mouvements et vous suit… de très près : elle vous colle littéralement aux pieds, et cela aura pour effet, parfois, de vous amener à la défaite. Avouez que l’objectif est du coup un peu loupé. Mais personnellement je persévère : j’en suis sûr, cet amiibo en laine est utile. Ouais je suis optimiste.

Un must-have ?

Reste à répondre à la fameuse question : dans l’ensemble, Yoshi’s Woolly World est-il bon ? Faut-il craquer ?

Comme d’habitude, la réponse ne tient qu’à vous et l’avis que je donne n’engage bien entendu que moi. J’ai donc personnellement craqué, et je ne le regrette absolument pas. Certes, le scénario n’est guère original et le gameplay ne l’est pas beaucoup plus, mais le jeu n’en reste pas moins bon.

C’est toujours un plaisir de contrôler à nouveau Yoshi dans son propre jeu, de trouver les bons détails, parfois très bien cachés, qui font que l’on va découvrir tous les items dans chaque niveau.

La force de Yoshi’s Woolly World est en effet là : le jeu possède un gameplay très simple, qui permet à n’importe qui de prendre en main les commandes rapidement. Mais cette simplicité n’implique pas une version simplifiée du jeu pour autant.

Bien sûr, enchaîner les niveaux et arriver à la fin ne paraît pas bien compliqué. Mais si vous cherchez à finir le jeu à 100%, en recherchant tous les détails dont nous parlions plus haut, alors oui, le jeu commence à devenir compliqué. On ne peut que féliciter les développeurs d’être parvenus à un si bon équilibre entre le joueur occasionnel et l’acharné.

Jérémy

Étudiant en maths, Jérémy est un passionné qui touche un peu à tout, et plus particulièrement au développement web et à l'actualité high-tech qu'il partage avec vous sur Machineo et surtout ici-même.