C’est officiel, la NASA va envoyer un rover sur Titan, la lune glacée de Saturne

La NASA a tenu une conférence de presse hier soir afin d’annoncer une nouvelle de taille : l’agence spatiale américaine va envoyer dans ces prochaines années un rover sur Titan, la lune glacée de Saturne.

Si la NASA a beaucoup placé le curseur sur Mars ces dernières années, la planète rouge n’est pas son seul point d’intérêt. L’agence spatiale américaine compte aussi renvoyer des hommes et des femmes sur la Lune dans un futur proche au travers du programme Artemis.

dragonfly

Crédits NASA (capture Twitter)

Programme qui devrait compter pas moins de trente-sept missions.

DragonFly va devenir réalité

Toutefois, en plus de ces deux programmes, la NASA compte aussi envoyer un rover sur Titan, la lune glacée située dans l’orbite de Saturne.

La mission Dragonfly a de multiples objectifs. Elle vise principalement à étudier les processus chimiques prébiotiques de la lune, mais aussi à collecter davantage d’information sur les jeunes années du système solaire.

Mais si l’agence s’intéresse à la lune, c’est aussi pour sa géologie. Titan est une lune complexe et sa surface est ainsi recouverte de roches avec des lacs et même des océans de méthane liquide. Plus intéressant encore, d’après les données collectées par le biais de nos instruments, un vaste océan se trouverait sous la croûte de la lune. Un océan susceptible d’abriter des formes de vie microbiennes.

Et c’est sans compter sur la richesse de son atmosphère, une atmosphère très épaisse et riche en méthane, une atmosphère susceptible une fois encore de fournir les ingrédients nécessaires pour la création de molécules organiques.

Titan, l’une des meilleures candidates pour une vie extraterrestre

De tous les corps du système solaire, Titan est donc l’un des endroits qui sont les plus susceptibles d’abriter une forme de vie extraterrestre. Mais au-delà de cela, la lune nous offre également une chance de mieux comprendre comment la vie est apparue sur notre propre planète.

Le plus étonnant, c’est que nous possédons à l’heure actuelle peu de données sur Titan et il a ainsi fallu attendre les années 90 pour que Hubble nous permette de voir à travers son atmosphère, et l’année 2005 pour que Huygens nous transmette les premières données… et photos.

DragonFly, de son côté, est à l’étude depuis les années 2000, mais ce n’est qu’en 2017 que la NASA l’a placée sous les feux des projecteurs. Et à présent, nous savons que la mission va devenir réalité.

Jim Bridenstine, l’actuel administrateur de la NASA, n’a d’ailleurs pas mâché ses mots. Pour lui, cette mission va encore être l’occasion pour la NASA de faire ce que personne d’autre ne peut faire. Ce que ne manqueront sans doute pas d’apprécier les autres agences spatiales mondiales…

Le lancement du rover est prévu pour 2026. La sonde devrait arriver à destination en 2034.

Mots-clés dragonflyNASAtitan