Cette drôle machine de minage a été créée avec un des ordinateurs qui ont permis à l’homme de marcher sur la Lune

Si vous êtes un adepte de la cryptomonnaie, vous savez que le minage n’est pas ce qu’il y a de plus facile à faire. Cette activité exige en effet des ordinateurs très puissants. Une récente étude baptisée « Cambridge Bitcoin Electricity Consumption », réalisée par des chercheurs de l’Université de Cambridge, a révélé que le minage de cryptomonnaie consommerait plus d’énergie qu’un pays comme la Suisse.

Tout cela est loin de décourager les mineurs qui continuent de chercher les meilleurs moyens pour pouvoir miner de la cryptomonnaie plus facilement. Certains ont eu l’idée d’utiliser l’énergie éolienne ou même l’énergie fournie par la chaleur humaine pour faire du minage.

Il suffit d’un ordinateur des missions Apollo pour miner du Bitcoin. (Capture YouTube)

L’ingénieur informatique Ken Shirriff, lui, s’est démarqué de ses semblables en optant pour un des ordinateurs utilisés à l’époque des missions Apollo pour miner de la cryptomonnaie.

Ken Shirriff redonne vie aux vieux ordinateurs

Ken Shirriff se passionne pour les anciens ordinateurs à qui il aime donner une seconde vie. Si cet ingénieur aime restaurer de vieux PC comme l’IBM 1401 ou encore le Xerox Alto, c’est pour mieux comprendre le fonctionnement des anciens matériaux et logiciels et pour mieux anticiper les prochaines avancées technologiques.

Actuellement, Ken Shirriff s’est pris d’intérêt pour un ordinateur baptisé Apollo Guidance Computer (AGC). Âgé de 52 ans, cet ordinateur à la particularité d’avoir fait partie du système qui a été utilisé pour permettre d’effectuer les missions Apollo.

Une mise à jour dans les activités de l’AGC

Ken Shirriff a décidé de donner un coup de jeune à l’AGC. Après l’avoir ressuscité, il a modifié l’ordinateur pour lui permettre d’accomplir une tâche plus moderne, à savoir le minage de cryptomonnaie. Si l’AGC avait gardé les mêmes spécificités qu’avant, il lui aurait été quasiment impossible de remplir une telle mission.

Comme on pouvait s’en douter, cette opération n’a pas été des plus faciles. Ken Shirriff a indiqué que l’intégration de l’algorithme de hachage des Bitcoins sur l’AGC n’a pas été aisée étant donné qu’il s’agit d’un ordinateur à 15-bit. De plus, c’est un ordinateur qui ne possède pas de microprocesseur.

Ken Shirriff a déclaré qu’il ne fallait pas pour autant en attendre trop de l’AGC en termes de minage. On loue tout de même ses efforts.

Mots-clés cryptomonnaies