Cette entreprise tente de réveiller les morts

Bioquark, une entreprise américaine, a effectué un essai clinique l’année dernière en Inde sur une vingtaine de personnes mortes. L’idée était littéralement de réveiller ces dernières. Pour se faire, l’entreprise a injecté des cellules souches dans leur organisme avant de procéder à une stimulation au laser. Jugé contraire à l’éthique, le projet a été stoppé par les autorités du pays. L’entreprise ne baisse pourtant pas les bras et choisit l’Amérique latine pour faire l’essai clinique.

L’entreprise en question, dont le siège se situe à Philadelphie, est dirigée par Ira Pastor. Il a dernièrement annoncé que l’essai en Amérique du Sud aura lieu dans les prochains mois. Néanmoins, son projet n’est pas très bien vu de la communauté scientifique.

ReAnima

Certes, l’immortalité est l’idéal impossible auquel aspire tout être humain. Toutefois, le concept soulève nombre de questions, notamment sociales et éthiques.

Selon Bioquark, la mort du cerveau est réversible

L’entreprise est spécialisée dans la biotechnologie. Elle compte mettre en avant cette compétence dans le projet qui a été baptisé ReAnima. L’objectif est relativement simple sur le papier puisqu’il consiste à ramener des personnes en état de mort cérébrale en s’appuyant sur une combinaison de techniques éprouvées, des techniques faisant notamment appel à des cellules souches.

Elle compte ainsi démontrer que la mort du cerveau humain est réversible grâce à des technologies de pointe. Lorsque ce sera fait, alors la mort ne sera plus aussi inéluctable qu’à l’heure actuelle. C’est en tout cas l’idée défendue par le patron de la société.

Ce dernier se dit d’ailleurs prêt à tout pour mener à bien son étonnant projet et les critiques ne semblent pas l’atteindre outre mesure.

Aucun fondement scientifique réel

Il reste cependant le fait que le programme n’a jusqu’ici aucun fondement scientifique concret.

La start-up n’a pas encore réussi à réaliser une telle expérience, même pas sur des animaux. Ariane Lewis (neurologue) et Arthur Caplan (spécialiste de bioéthique) ont alerté sur l’enjeu de cette expérience. Ils ont parlé de « faux et cruel espoir de rétablissement » vis-à-vis des familles de personnes décédées.

Il existe également d’autres problématiques à envisager. Par exemple, dans l’hypothèse où l’expérience soit une réussite, que deviendront exactement les personnes ressuscitées ? Comment s’adapteraient-elles à une telle situation ? Comment seraient-elles accueillies par la société ? Autant de questions essentielles en suspens donc !

RED by SFR : un forfait 30 Go à 10 € par mois !

Mots-clés biologieinsolite