Clicky

Cette étonnante bactérie est capable de changer des métaux toxiques en or

Selon de récentes études, une bactérie serait capable d’ingérer des composés métalliques toxiques pour ensuite produire de minuscules pépites d’or. Des concentrations élevées de métaux lourds, comme le cuivre, sont toxiques pour la plupart des créatures vivantes.

Ce n’est cependant pas le cas pour la bactérie Cupriavidus metallidurans. Elle prolifère dans des sols enrichis en métaux lourds.

Celle-ci a trouvé le moyen d’extraire de précieux oligo-éléments d’un composé de métaux lourds sans s’empoisonner. Grâce à cette fascinante capacité, la bactérie produit de minuscules pépites d’or comme effet secondaire. C’est une équipe de chercheurs de l’Université Martin Luther de Halle-Wittenberg (MLU) et de l’Université technique de Munich (TUM) en Allemagne qui a découvert le processus moléculaire qui se déroule à l’intérieur de la bactérie.

La bactérie transforme les particules d’or toxiques en particules d’or inoffensives selon les chercheurs.

Une bactérie alchimiste

Parmi leurs nombreux rôles dans la vie sur Terre, il s’avère que certains microbes sont également des experts dans la purification des métaux précieux. Une équipe internationale de scientifiques souligne comment la Cupriavidus metallidurans, découverte en 2009, parvient à produire de l’or en ingérant des composés métalliques toxiques.

La bactérie prospère dans les sols qui contiennent à la fois de l’hydrogène et une gamme de métaux lourds toxiques. Cela signifie que la concurrence avec d’autres organismes facilement empoisonnés dans un tel environnement est rare. « Si un organisme choisit de survivre, il doit trouver un moyen de se protéger de ces substances toxiques. » explique le microbiologiste Dietrich H. Nies, de l’Université Martin Luther de Halle-Wittenberg et auteur principal de l’étude.

Comment le microbe transforme le métal en or ?

Il s’avère que la bactérie possède un mécanisme de protection plutôt ingénieux, qui implique non seulement de l’or, mais aussi du cuivre. Les composés contenant ces deux éléments peuvent facilement entrer dans les cellules du microbe. Une fois à l’intérieur, ils interagissent de telle sorte que les ions de cuivre et d’or sont transportés profondément à l’intérieur des bactéries qui utilisent des enzymes pour déplacer les métaux incriminés hors de leurs cellules.

C’est de cette manière qu’ils évitent d’être empoisonnés. Pour le cuivre, cette enzyme est appelée CupA et CopA pour l’or. Avec ces molécules, les bactéries peuvent convertir les composés de cuivre et d’or en composés qui seront alors moins facilement absorbés par la cellule. Non seulement ce processus permet au microbe de perdre tout le cuivre indésirable mais il en résulte également de minuscules nanoparticules d’or sous la forme de pépites sur la surface bactérienne.

Mots-clés géologieinsolite

Share this post

Micka

Curieuse de nature, je cherche à m'épanouir dans l'une de mes passions, l'écriture web, avec la devise : ne rien prendre pour acquis et prendre chaque mission comme un challenge.