Cette paille peut détecter les drogues du viol

Chaque année, des milliers de femmes subissent des agressions sexuelles. Certaines d’entre elles se déroulent en soirée, sous couvert de substances chimiques illicites. Les fameuses drogues du viol. Trois étudiantes ont donc eu l’idée de créer une paille capable de détecter les principales substances utilisées par les violeurs.

Susana Cappello, Carolina Baigorri et Victoria Roca se connaissent depuis longtemps et elles suivent toutes les trois des cours au lycée de Miami.

Paille drogue viol

L’année dernière, les trois amies ont eu la chance de suivre un cours dédié à l’entrepreneuriat, un cours organisé par leur école.

Une paille pour détecter les drogues du viol

En discutant, elles ont fini par réaliser qu’elles aspiraient toutes les trois à la même chose, et donc à inventer un produit pouvant avoir un impact social positif sur la société.

Elles ont alors commencé à travailler sur une paille capable de détecter les principales drogues du viol du marché : la Smart Straw.

Il existe en effet plusieurs produits psychotropes différents pouvant parfaitement convenir à ce type d’usage. Parmi les plus connus d’entre tous, on trouve le Rohypnol, le Zolpidem ou même la kétamine.

Relativement proches les uns des autres, ces produits comportent de nombreux points communs. Totalement solubles, ils sont également inodores, incolores et insipides. Ils sont donc impossibles à détecter en utilisant ses sens.

Pour ne rien arranger, ces substances sont faciles à trouver et elles induisent une levée des inhibitions suivie d’un état confusionnel pouvant déboucher dans certains cas sur des amnésies. Il existe bien évidemment des techniques capables de détecter ces drogues, mais elles sont généralement utilisées après leur absorption et elles ne peuvent donc pas être d’un grand secours pour les victimes.

Une commercialisation en vue ?

Partant de ce constat, Susana, Carolina et Victoria ont donc eu l’idée de travailler sur une paille capable de détecter ces substances avant leur ingestion. Relativement discrète, elle ressemble à une paille traditionnelle, mais elle contient un réactif développé par les trois étudiantes.

Lorsque la paille rentre en contact avec une des substances évoquées un peu plus haut, elle vire donc automatiquement au bleu. Grâce à elle, les femmes sauront donc que leur boisson a été compromise.

Les enseignants des trois étudiantes les ont félicitées pour leur travail et ils les ont encouragées à continuer l’aventure en commercialisant cette paille. Leurs conseils ont visiblement payé, car les trois amies ont l’intention de déposer prochainement un brevet. Mieux, elles ont également entamé des discussions avec un fabricant et avec plusieurs organisations.

Mots-clés chimieinsolite