Clicky

Chine : les constructeurs auto laissent le gouvernement accéder aux données de localisation de leurs voitures électriques

La Chine n’a de cesse de chercher des moyens pour surveiller étroitement les moindres faits et gestes de ses habitants. Selon un rapport communiqué par l’AP News, le gouvernement chinois peut désormais accéder aux données de localisation des véhicules électriques qui circulent sur son territoire. Les données en question sont fournies par les constructeurs eux-mêmes.

Dans son rapport, l’AP News révèle que le gouvernement peut accéder aux données suivantes : la carte de la voiture, le kilométrage ainsi que le niveau de charge de la batterie.

Crédits Pixabay

Les personnes en charge de la surveillance peuvent également cliquer sur une voiture afin de voir de quels marque et modèle il s’agit.

D’après un rapport du Conseil international sur les transports propres, le système de surveillance a été mis en place en 2017. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les propriétaires des autos concernées seraient parfaitement au courant de la situation.

200 constructeurs auto concernés

Selon les données récoltées et divulguées par l’AP News, ce sont plus de 200 constructeurs automobiles qui sont concernés par cette affaire. Nationaux comme étrangers, ces derniers ont accepté de transmettre les données sur les déplacements en temps réels de leurs voitures à des « centres de surveillance soutenus par le gouvernement. »

Parmi les constructeurs internationaux, nous aurionsTesla, Mercedes, Volkswagen, Nissan ou encore BMW. Contactée par le site The Verge, aucune des enseignes concernées n’a souhaité faire de commentaires concernant l’affaire.

Améliorer la sécurité publique

Ces dernières années, la population a été pressée par le gouvernement à adopter les voitures électriques, prétendument dans le but de réduire la pollution qui sévit en Chine.

Aujourd’hui, l’AP News dévoile qu’un autre but se cachait visiblement dans cette campagne étant donné que les véhicules électriques intègrent un système qui permet de les localiser et connaitre leur déplacement en temps réel. Un système que le gouvernement ne s’est pas privé d’utiliser au détriment du respect de la vie privée des propriétaires des véhicules concernés.

Contactés par les médias, des responsables ont affirmé que ces données étaient collectées et utilisées dans le but d’« améliorer la sécurité publique » mais aussi de « faciliter le développement industriel et la planification des infrastructures. »

Mots-clés chine

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !