Clicky

Chine : une liste recensant 1,8 million de femmes prêtes à enfanter rendue publique

La Chine est connue pour garder un œil sur sa population où le gouvernement va même jusqu’à fouiller dans la vie privée des citoyens et collecter des informations sur leur vie personnelle et professionnelle.

Les infos recueillies sont ensuite conservées dans des bases de données qui sont censées être secrètes.

enceinte

Crédits Pixabay

Un chercheur en cybersécurité du nom de Victor Gevers est cependant tombé sur une base de données non protégée qui contient une liste très troublante. Elle contient le nom, l’adresse physique ou encore le numéro de téléphone de près de deux millions de Chinoises. La plupart des profils de la liste sont également marqués du statut « BreedReady » qui veut dire « prêtes à se reproduire. »

Gevers, qui travaille pour le compte de GDI, une fondation néerlandaise à but non lucratif, a découvert la liste le week-end dernier. Il s’est empressé de la signaler sur Twitter.

Mystère sur le propriétaire de la base de données

« Nous ne savons pas qui est derrière cette base de données ni quelle était l’intention. » Comme l’explique Victor Gevers dans un entretien avec le site The Verge, l’identité de ceux qui sont à l’origine de cette liste demeure encore un mystère : est-ce le gouvernement ? Une application de rencontres ?

Le plus inquiétant dans tout ça, c’est qu’une telle liste soit laissée à la portée de tous sur Internet alors qu’elle contient des informations très personnelles sur des millions de femmes. Gevers a d’ailleurs tenté de contacter celles qui ont un profil Facebook pour les prévenir de la situation.

Heureusement, la base de données a été mise hors ligne par son mystérieux propriétaire depuis le 11 mars 2019, soit à peine quelques heures après avoir été découverte.

Un rapport avec la baisse de natalité en Chine ?

Les intentions de ceux qui ont créé cette base de données restent encore inconnues. Tout porte cependant à croire que la liste pourrait être liée à la chute de natalité que connait actuellement la Chine.

Le gouvernement chinois serait-il derrière cette collecte massive d’informations ? Chercherait-il à obliger les citoyennes en âge de procréer à faire des enfants ? C’est en tout cas ce que craignent les défenseurs des droits de la femme ainsi que certains internautes chinois.

Les femmes répertoriées dans la liste étaient âgées de 32 ans en moyenne. Le plus jeune profil marqué du statut « BreedReady » avait 18 ans tandis que le profil le plus âgé en avait 39 ans.

Mots-clés insolite