Christine Albanel va lutter contre le piratage des livres

Et oui, c’est à peine croyable mais elle bouge encore. Après son éviction du gouvernement, on pensait qu’on ne la reverrait plus et on s’est bien planté. Oui, parce que François Fillon a décidé de lui filer une mission capitale sur l’adaptation de l’industrie du livre au numérique. Avec tout un chapitre sur le piratage de nos jolis contenus littéraires. Bon, au moins, ce coup-ci, elle ne risque de pas de nous ressortir l’histoire du pare-feu d’Open Office, hein…

Christine Albanel va lutter contre le piratage des livres

En ce moment, on parle beaucoup du livre. D’ailleurs, c’est avec une certaine exaspération que j’ai appris que le gouvernement pensait confier la numérisation de nos fonds à Google. Le truc un peu con, dans l’histoire, c’est que la commission européenne a quand même lancé Européana pour concurrencer le géant américain et que le projet risque donc fort de se manger les dents sur le trottoir du capitalisme américain. Tiens, je suis d’humeur créative ce soir.

Toujours est-il que notre charmante Christine a été chargée par l’homme de l’ombre du gouvernement de bosser sur l’avenir de l’industrie du livre. Pour l’instant, on ne sait pas vraiment ce qu’elle va devoir faire, on sait juste qu’elle devra réfléchir à des moyens de lutter contre le piratage de nos œuvres ainsi qu’au développement d’une offre légale numérique. Maintenant, la seule question que je me pose, c’est de savoir s’il s’agit d’un poste honorifique de plus ou si le livre se situe réellement au cœur des priorités de notre gouvernement.

Bon, c’est pas tout ça, mais faut que je finisse mes photocopies de Germinal.

Note : Et j’insiste quand même sur un point. Il est relativement choquant de voir que notre gouvernement pense à confier notre patrimoine à une entreprise privée américaine. En ce qui me concerne, je pense donc qu’on devrait pour une fois se passer de Google.

Via 01Net

Mots-clés numériquepolitique