Chrome 56 est dans la place !

Chrome 56 est de sortie, avec pas mal de nouveautés à la clé. Comme le support du FLAC, par exemple, ou même l’utilisation du HTML5 pour la lecture de tous les contenus multimédias. Mieux, le navigateur sera également capable de nous prévenir lorsque la connexion n’est pas sécurisée sur les pages sensibles.

Disponible uniquement sur Windows, macOS et Linux, cette version n’a pas encore été déployée sur nos plateformes mobiles. Il faudra donc attendre quelques heures avant de pouvoir profiter de toutes ses nouveautés sur iOS ou même sur Android.

Chrome 56

Chrome 56 est dispo !

Pour l’installer, ce n’est pas compliqué. Il suffit de passer par le site du navigateur ou par son module de mise à jour.

Chrome 56 est dans la place… mais uniquement sur desktop

Chrome 56 apporte donc de nombreuses améliorations, à commencer par le support – attendu – du FLAC. Particulièrement apprécié des mélomanes, ce format a une particularité très intéressante : il ne provoque aucune perte. En d’autres termes, le son diffusé par le biais de ce format est bien plus fidèle à l’original.

Grâce à cette nouvelle version, le navigateur sera donc capable de lire directement ce format depuis la page d’un site sans avoir besoin de passer par un lecteur tiers.

Le HTML5 est aussi très présent dans cette version. Si les internautes le souhaitent, ils pourront en effet l’activer pour tous les contenus multimédias lus sur le navigateur. Attention cependant, car tous les sites ne le supportent pas encore. Si vous tombez encore sur des vidéos en Flash au gré de vos pérégrinations numériques, c’est tout à fait normal.

Mais la grosse nouveauté, finalement, c’est la mise en place d’un marquage pour les connexions non sécurisées sur les sites sensibles.

Du mieux pour la sécurisation des données

Si vous vous connectez sur une page proposant un système de paiement en ligne ou même un simple formulaire, le navigateur affichera automatiquement une mention « non sécurisée » à gauche de la barre d’adresse si la connexion ne passe pas par du HTTPS. Relativement discrète, cette mention n’attire pas forcément l’intention, mais elle devrait tout de même être utile dans certains cas.

Google durcira de toute manière le ton dans les versions à venir.

En parallèle, Chrome 56 apporte d’autres améliorations intéressantes comme la correction de plusieurs bugs et le support des API WebVR et GamePad, des interfaces de programmation soutenues par le W3C. Le navigateur supporte également le WebGL 2.0 et il prend en charge l’API Web Bluetooth. Là-dessus, Google a aussi profité de l’occasion pour corriger quelques failles critiques.