Chrome OS : tout sur le système d’exploitation Google

Cela fait maintenant des années que l’on entend parler de Chrome OS. Sans rire, mon premier article sur le sujet date de… 2009. Et ce n’est finalement que deux ans plus tard que Google a finalement levé le voile sur son système d’exploitation dématérialisé. Un système d’exploitation qui a été présenté à l’occasion du dernier Google I/O et qui va peut-être remettre les netbooks au goût du jour. Dans tous les cas, si vous avez loupé l’annonce officielle, tout est dans la suite de l’article.

Chrome OS, deux versions et deux netbooks

D’entrée de jeu, il est important de noter que le nouveau système d’exploitation de Google sera décliné en deux versions : d’un côté, nous pourrons trouver Chrome OS, de l’autre Chromium OS. Quelle différence entre les deux ? Et bien c’est très simple, Chrome OS ne pourra pas être téléchargé pour être installé sur nos vieux netbooks. En réalité, pour en profiter, il faudra acheter une nouvelle bécane, un ChromeBook. Ce qui ne sera bien évidemment pas le cas de Chromium OS mais ça vous l’aviez sans doute déjà compris.

Chrome OS sera donc embarqué dans des ChromeBooks. Ces derniers seront mis en vente sur internet le 15 juin prochain (sortie mondiale) et on pourra les trouver sur toutes la plupart de nos boutiques en ligne. Au départ, seuls deux modèles seront proposés et sortiront respectivement des usines de Samsung et d’Acer. Le premier modèle fabriqué par Samsung proposera un écran de 12,1 pouces, de l’ATOM, 2 Go de mémoire vive, 16 Go de stockage en SSD, un port VGA, deux ports USB, du WiFi et sera proposé à 429 dollars (WiFi only) ou à 499 dollars (WiFi + 3G). Le second modèle fabriqué par Acer embarquera un écran de 11,6 pouces, un processeur ATOM, un port HDMI, deux ports USB et un lecteur de cartes mémoires, le tout pour 349 euros.

Chrome OS, du Chrome à tous les étages

Qu’on se le dise, Chrome OS ne proposera pas une interface conventionnelle. Il sera impossible d’utiliser un fond d’écran, on ne trouvera aucune icône sur le bureau, en réalité toute l’interface sera structurée autour du navigateur Google Chrome. Toutes les applications seront ainsi accessibles par son entremise, il sera possible de faire un peu de bureautique via Google Docs, relever ses flux rss via Google Reader, lire et envoyer des mails depuis Gmail, gérer son agenda depuis Google Agenda et ainsi de suite. En outre, un grand nombre d’applications seront disponibles sur le Chrome Web Store et vous permettront d’ajouter toutes les fonctionnalités de votre choix au système. D’ailleurs, si vous êtes un développeur, vous serez sans doute heureux d’apprendre que Google ne vous ponctionnera que 5 % de vos ventes. Nous sommes bien loin des tarifs pratiqués par Apple sur l’AppStore (30 %).

Point intéressant, tous vos documents seront directement stockés sur les serveurs de Google. C’est certain, les utilisateurs prudents n’apprécieront pas forcément de perdre la main sur leurs données mais l’avantage de la chose c’est qu’il sera impossible de perdre ces dernières. Il sera ainsi possible de changer de machine sans craindre de voir disparaître ses documents et il sera inutile de se casser la tête à effectuer des sauvegardes. En bref, tous vos courriers, toutes vos photos, toutes vos vidéos iront directement sur les serveurs de la firme.

Très clairement, Chrome OS joue à fond la carte du « cloud computing » mais sachez tout-de-même que les ChromeBooks pourront fonctionner sans être connectés à internet. Un peu comme du Gears, mais en mieux. Pour finir, on précisera aussi que Chrome OS intègrera un explorateur de fichiers afin de vous permettre de trier tout votre bazar. Ouf, nous voilà sauvé…

Chrome OS, la sécurité et l’autonomie

Reste bien évidemment la question de sécurité. Là encore, Google a pensé à tout et Chrome OS sera régulièrement mis à jour pour corriger toutes les failles de sécurité qui pourraient compromettre la fiabilité de la plateforme. Sachant que cette dernière sera connectée au web en permanence et qu’on ne trouvera (pour le moment ?) aucun antivirus et aucun anti-spyware, on peut dire que c’est une bonne chose. Ces mises-à-jour seront ainsi déployées plusieurs fois par mois et elles vous permettront de dormir sur vos deux oreilles.

Enfin, tout ça, c’est formidable, mais qu’en est-il de l’autonomie du système d’exploitation. Forcément, cette donnée dépendra essentiellement de votre machine et de l’état de sa batterie mais Google à indiqué que l’autonomie d’un ChromeBook devrait normalement tourner autour d’une journée de travail, soit de huit heures. Reste juste à savoir si cela se concrétisera dans les faits mais cette annonce me semble plutôt cohérente. Un netbook tournant sur Windows XP tient déjà bien la charge.

Chrome OS, un avenir sombre ?

Sur le papier, c’est vrai, Chrome OS semble cumuler les bons points. Comme pas mal de Geeks, mon navigateur web se trouve au centre névralgique de mon quotidien numérique et on comprend donc pourquoi Google a décidé de pousser le concept un peu plus loin. Forcément, quand on est passionné par les nouvelles technologies, on a forcément envie de mettre les pattes dessus, mais ce n’est pas pour autant que tout s’annonce radieux pour la nouvelle plateforme de Google.

Car en effet, depuis les prémices du projet, de nouveaux produits ont fait leur apparition : les tablettes tactiles. Oui, ces mêmes tablettes tactiles qui ont très rapidement volé la vedette aux… netbooks. Autant dire que dans l’imaginaire collectif, ces drôles de petits portables ne sont plus à la mode et ils seront sans doute nombreux à établir un parallèle avec Chrome OS. Un Chrome OS qui pourrait finalement sembler vieillot avant même sa sortie.