Cocowiko, ou quand Wiko dérape en voulant créer le buzz

Wiko fait beaucoup parler de lui depuis le début de la semaine, et pas forcément en bien. Il faut dire aussi que le constructeur a lancé mardi une campagne marketing assez… surprenante. Il a effectivement utilisé des animaux vivants pour promouvoir sa marque auprès des plus grands médias parisiens. Elle n’a cependant pas eu l’effet escompté.

Tout a commencé hier matin lorsque le constructeur a publié sur son compte Twitter la photo d’un coq enfermé dans une cage placée devant les studios de France Télévisions.

Cocowiko

Wiko est la cible de vives critiques à cause de sa dernière campagne marketing.

Un message plutôt clair par ailleurs : « Braver le froid chez @France2tv @Francetele ne me fait pas peur ! #CoqDeChoc #Commando #Cocowiko #AllezLesBleus ». Bizarre ? Assurément, mais le constructeur n’en est pas resté là.

Wiko a déposé un coq vivant devant les plus grandes rédactions parisiennes

La chaine n’était pas la seule visée, bien entendu et le constructeur a aussi déposé une cage devant les bureaux de TF1, de Canal+, de NRJ ou même de Europe 1.

Pourquoi un coq ? Très bonne question. En réalité, le volatile n’était là que pour illustrer le jeu de mot improbable du constructeur : Cocowiko. L’idée, c’était effectivement de s’associer au match de rugby qui a opposé la France à la Roumanie hier soir.

Les animaux ont donc passé toute la journée dans les rédactions avant de rentrer chez eux, dans une ferme du 78. Entre temps, le constructeur a du faire face à de vives critiques et cela n’a rien de surprenant. Après tout, les animaux sont aussi des êtres sensibles.

Quoi qu’il en soit, le constructeur s’est exprimé dans les commentaires de l’article publié par Numerama. Il indique avoir monté cette campagne avec les conseils et l’accompagnement de la société Animalerie.club. En outre, les coqs ont été accompagnés par ses équipes durant toute la journée. Ils ont été choyés, nourris et abreuvés.

Je vous avoue que cette affaire me laisse assez perplexe. Je trouve ça assez choquant qu’une marque exploite des animaux vivants pour promouvoir ses produits. Remarquez, si les coqs étaient morts, ce serait pire, hein.

Et en même temps, c’est très hypocrite de ma part. Je mange de la viande et il m’arrive aussi de me faire des omelettes de temps à autres. Et nous savons tous comment sont traités les animaux par les producteurs, pas vrai ?

Oui, mais nous faisons tout pour ne pas y penser parce que c’est beaucoup plus facile à vivre comme ça. Du coup, lorsqu’un constructeur lance une campagne un peu borderline, nous ne pouvons pas nous empêcher de monter au créneau. Pendant ce temps, l’élevage intensif continue son petit bonhomme de chemin.

C’est ce qu’on appelle l’indignation sélective.

Mots-clés publicitéwiko