Comment déménager son blog WordPress

Quand on lance un blog, on ne se pose pas de question. On achète un nom de domaine, on loue un serveur dédié, mutualisé ou même virtualisé chez un prestataire et c’est terminé. Sauf que voilà, un blog, ça change, ça évolue et il arrive parfois que l’on ressente le besoin de changer d’hébergeur. A cause de problèmes récurrents ou même suite à une augmentation significative de notre trafic, par exemple. Or justement, si la procédure à suivre n’est pas compliquée, elle ne s’invente pas non plus et c’est justement pour cette raison que nous allons voir ensemble comment déménager son blog WordPress.

Comment déménager son blog WordPress

1ère étape : sauvegarder votre site et ses fichiers

La première chose à faire lorsqu’on souhaite changer d’hébergeur, c’est bien évidemment de sauvegarder son site. Et attention, parce qu’il ne suffit évidemment pas de faire une copie de son thème ou de sa base de données. En réalité, nous allons avoir besoin de sauvegarder pas mal de choses comme :

  • Notre thème (contenu du répertoire « wp-content/themes »).
  • Nos différents plugins (contenu du répertoire « wp-content/plugins »).
  • Nos images (contenu du répertoire « wp-content/uploads »).
  • Notre fichier de configuration (racine, fichier « wp-config.php »).
  • Notre fichier .htaccess (racine, fichier « .htaccess »).
  • Notre sitemap (racine, fichier « sitemap.xml »).
  • Notre sitemap GA (racine, fichier « google-news-sitemap.xml).
  • Une copie de notre base de données.
  • Etc…

Chaque blog est configuré d’une manière qui lui est propre. Par exemple, chez vous, si vous n’avez jamais touché à rien, vous n’aurez pas forcément besoin du fichier « .htaccess ». En revanche, pour les blogueurs qui ont l’habitude de mettre les mains dans le cambouis et donc d’utiliser ce petit fichier pour configurer quelques redirections, quelques permissions ou d’autres choses tout aussi sympathiques, il vaudra mieux le sauvegarder au passage.

Conseil 1 : En règle générale et même si ça peut être assez lourdingue, il vaudra mieux sauvegarder l’intégralité des fichiers de son blog histoire de pouvoir dormir sur ses deux oreilles.

Conseil 2 : Pour éviter pas mal d’embrouilles, je vous conseille aussi de commencer par mettre à jour votre WordPress histoire d’avoir la dernière version d’installée.

2ème étape : paramétrer sa nouvelle solution d’hébergement

Ce n’est pas une grande surprise mais pour déménager son blog WordPress, nous allons devoir nous occuper de notre nouvelle solution d’hébergement. Une fois que vous avez trouvé votre prestataire, vous allez donc créer votre compte et opter pour la formule qui conviendra à vos attentes et à vos besoins. Certains partiront sur du dédié, d’autres sur du mutualisé, c’est évidemment à chacun de faire son propre choix mais sachez qu’un trafic important ne rime pas forcément avec serveur dédié.

Chez OVH, par exemple, vous pouvez très bien prendre un plan quelconque et acheter en plus, en option, un serveur SQL Privé histoire d’y stocker votre base de données. Cette solution tient parfaitement la route, c’est d’ailleurs là dessus que tourne la Fredzone et ça marche plutôt pas mal.

Et après, qu’est ce qu’on fait ? Ce n’est pas très compliqué. Une fois que vous aurez acheter votre nouvelle solution d’hébergement et que vous aurez reçu vos accès, voilà ce que vous allez faire :

  • Téléchargez et installez WordPress. 
  • Transférez le dossier « wp-content » et le fichier « wp-config » sur votre FTP.
  • Editez le fichier « wp-config ».
  • Saisissez les nouveaux identifiants de votre base de données.
  • Enregistrez le fichier.
  • Connectez-vous à votre nouvelle base de données.
  • Importez votre sauvegarde. (*)

(*) : Si votre base de données est trop lourde, MySQL risque d’avoir du mal à l’importer. C’est normal puisque la plupart des hébergeurs limitent justement la taille des imports. Toutefois, il est possible de contourner le problème soit en passant par SSH, soit en utilisant ce petit script bien pratique et qui vous facilitera grandement la vie.

Une fois que votre sauvegarde est importée, vous pouvez transférer les autres fichiers qui trainent et notamment le fichier « .htaccess ». Si vous ne l’avez pas fait avant, c’est pour éviter que la configuration du WordPress tout neuf ne colle pas avec ce dernier, notamment au niveau des permaliens. Une fois votre sauvegarde remontée, tout devrait bien se passer. En tout cas, c’est à espérer.

Conseil 1 : Quoi qu’il arrive, vérifiez toujours que la configuration de votre nouveau WordPress est identique à celle de l’ancien, notamment au niveau de la structure des permaliens. Si Google a du mal à trouver ses petits après, vous risquez de le payer très cher niveau référencement.

Conseil 2 : N’hésitez pas non plus à explorer votre blog afin de savoir si tout est en ordre. Fouinez dans les rubriques, dans les tags, dans les articles et même dans la bibliothèque de médias afin d’être sûr que tout s’y trouve bien.

3ème étape : faire la migration de son nom de domaine

Arrivé à ce stade de l’aventure, vous avez deux sites identiques hébergés sur deux serveurs différents. Ca peut paraître un peu bizarre mais c’est en fait totalement normal. Tout ce qu’il nous reste à faire, maintenant, c’est de faire pointer notre nom de domaine sur le nouveau serveur. Une fois que ce sera fait et une fois qu’on aura bien testé notre configuration histoire d’être sûr de ne pas avoir oublié quoi que ce soit, alors on pourra tourner définitivement la page et dire adieu à notre ancien prestataire.

Mais toute la question est évidemment de savoir ce que vous voulez faire : est-ce que vous souhaitez faire pointer votre nom de domaine vers un autre hébergeur tout en le gardant bien au chaud sur votre registar ou est-ce que vous souhaitez carrément le transférer d’un hébergeur à un autre ?

Tellement de questions et si peu de réponses… Si vous voulez carrément changer de prestataire et tout gérer ensuite depuis votre nouvel hébergeur, il faudra transférer votre nom de domaine. La procédure varie d’un prestataire à un autre mais vous devriez trouver l’option adéquate sur votre interface d’administration, du côté de tout ce qui touche au nom de domaine. Dans tous les cas, il faudra souvent commencer par le déverrouiller, ou par le déprotéger. N’hésitez évidemment pas à vous reporter à la documentation de votre hébergeur pour avoir plus d’informations sur le sujet.

En revanche, pour faire pointer votre nom de domaine vers un autre serveur, c’est nettement moins compliqué puisqu’il vous suffira de modifier les DNS de votre nom de domaine. Là encore, la procédure varie d’un prestataire à l’autre mais notez simplement qu’avant de faire la modification, vous devrez commencer par récupérer les DNS de votre nouvel hébergeur. Une fois que vous aurez l’information en main, il vous suffira de vous rendre chez le prestataire qui assure la gestion de votre nom de domaine, de vous connecter à votre interface d’administration et d’éditer les DNS de votre nom de domaine.

Pour terminer, on précisera à toute fin utile que la propagation des DNS pourra prendre jusqu’à 48 heures. Dans la pratique, on atteint (très) rarement ce délai mais vous voilà prévenu. Histoire de savoir que tout s’est bien passé, je vous recommande d’ailleurs de publier un nouvel article sur le WordPress hébergé chez votre nouveau prestataire. Si vous tombez sur ce dernier en tapant votre nom de domaine dans votre navigateur, vous saurez que la propagation des DNS est bel et bien terminée.

Voilà pour ce tutoriel. J’ai sans doute du oublier des choses alors si c’est le cas – ou si vous souhaitez apporter des précisions – n’hésitez pas à vous manifester dans les commentaires qui suivent cet article.

Crédits Photo