Concevoir des robots devient un jeu d’enfant avec Interactive Robogami

Des robots en trois dimensions et pouvant se plier comme des origamis, c’est désormais réalisable avec le nouveau logiciel conçu par les experts du MIT. Cette équipe de chercheurs a élaboré un logiciel permettant de construire son propre robot à partir de pièces imprimées. Cette invention permet à tous les fans de robotique de concevoir eux-mêmes leurs engins et d’en éprouver la stabilité. Si vous êtes à la fois intéressée par le monde de la robotique et de la conception d’origami, ce logiciel est fait pour vous.

Le MIT a misé sur une toute nouvelle façon d’initier les petits comme les grands à l’univers des robots, celle de faire soi-même ses robots grâce à des impressions en 3D.  D’ailleurs, les origamis constituent une méthode utilisée par les scientifiques pour trouver de nouvelles sources d’inspiration dans leurs recherches.

Origami

Les travaux relatifs à ce logiciel portant le nom d’Interactive Robogami ont fait l’objet d’une publication dans le Journal International de la Recherche en Robotique.

L’art japonais du dessin comme inspiration

Adriana Schulz, une doctorante au sein du Massachussets Institute of Technology a souligné la complexité liée à la conception de robots. La majorité du temps, cette conception doit être effectuée par des personnes expérimentées dans le domaine de la mécanique et de la robotique. Ce sont soient des ingénieurs ou des roboticiens.

L’atout majeur de ce logiciel est donc de permettre à n’importe qui de concevoir un robot, même si l’utilisateur ne dispose pas de connaissance ou d’expérience dans le domaine. Grâce aux cinquantaines de dessins en 3D et en formes planes, l’utilisateur n’aura plus qu’à rassembler les parties et mettre sur pied son robot.

Un guide dans les différentes étapes de la conception

Du point de vue mécanique, le logiciel aide l’utilisateur dans la mise en place de son robot. Pour ce faire, il alerte le concepteur quand le robot construit n’est pas stable ou risque de ne pas tenir la route. Le programme est ainsi doté d’un analyseur de poids, de vitesse et de stabilité. Puis, il fournit des solutions à l’utilisateur pour régler le problème.

Par la suite, la fabrication devra passer par l’impression en trois dimensions, par pliage et par assemblage de pièces. Le choix de l’impression en 3D est stratégique. D’après Cynthia Sung, une autre doctorante du MIT, la 3D permet de concevoir des robots plus rigides et plus complexes. Les formes en deux dimensions, quant à elles, donnent des formes à la fois résistantes et légères.

Ce logiciel modulaire et programmable peut être téléchargé sur la page GitHub du MIT.

Mots-clés robotiquerobots