Connaissez-vous l’importance du babillage chez les bébés ?

A part le fait qu’ils sont tous vraiment à croquer, les bébés ont également le babillage en commun. Il s’agit de cet adorable gazouillis qu’ils produisent avec le sourire, et qui fait complètement fondre les parents ainsi que toutes les autres grandes personnes qui en sont témoins. Eh bien figurez-vous que babiller n’est pas qu’un simple comportement « mignon » chez les bébés.

Catherine Laing, chercheuse en linguistique à l’Université de Cardiff au Royaume-Uni, qui se concentre sur le développement précoce du langage chez les nourrissons, définit le babillage comme « la production de syllabes répétitives ressemblant à une parole. »

Bébé

Crédits Pixabay

Elle explique que babiller est essentiel pour le développement du langage chez le nourrisson, car il s’agit de son premier pas vers le discours.

Un tremplin vers le langage

Plusieurs études ont démontré l’importance du babillage chez le nourrisson. Comme l’explique Catherine Laing, « [le babillage] est le début de l’apprentissage des sons qui peuvent être utilisés dans la parole. » Ce comportement se manifeste généralement vers les six à huit mois de bébé.

Pour Laing, le babillage est un tremplin vers le langage pour bébé, d’où l’importance de l’encourager. La chercheuse incite ainsi les parents à faire régulièrement la conversation à leur progéniture.

Marilyn Vihman, professeure de langues et de sciences linguistiques à l’Université de York au Royaume-Uni, partage ce point de vue : « Les parents s’inquiètent souvent de savoir s’il est mauvais de parler avec un bébé. Il n’y a pas de mal, tant que vous suivez le développement de votre bébé et que, s’ils comprennent mieux, vous parlez d’une manière un peu plus complexe. »

L’évolution du babillage

Selon les explications de Marilyn Vihman, le babillage n’est d’abord qu’un simple « comportement moteur réflexif » chez les bébés.

Mais très vite, les « babababa » et les « gagagaga » deviennent des expressions plus courtes, plus coupées, et commencent à prendre la forme de vrais mots.

Vihman explique que cela se produit généralement vers le dixième et quinzième mois de bébé : à cet âge, le répertoire linguistique des poupons se compose de 20 à 30 mots qu’ils répètent régulièrement. Leur langage devient alors un mélange de mots babillés et entièrement formés.

Toujours selon Vihman, le babillage chez bébé va évoluer encore plus rapidement en discours si on lui parle fréquemment. Elle encourage le maximum d’interaction entre le poupon et ses parents, ainsi que ses autres proches : frères, sœurs, grands-parents, tontons, tantines… « On sait que les interactions individuelles avec les parents sont importantes, mais les interactions avec un plus grand nombre de locuteurs peuvent soutenir d’autres types d’apprentissage. »

Mots-clés bébé