Clicky

Yahoo va passer à la caisse pour son histoire de piratage

Pionnier des services internet, Yahoo compte des millions d’utilisateurs à travers le monde. Le groupe a été victime d’une cyberattaque d’ampleur inégalée qui s’est produite entre 2013 et 2014. Les comptes des usagers de la messagerie internet ont été piratés et leurs données personnelles ont été dérobées dans la foulée.

Le nombre total de victimes est estimé à environ trois milliards cinq cents millions. Ce qui fait de cette attaque la plus importante de l’histoire des cyberattaques.

Devant une telle situation, des sanctions sont tombées. La plateforme doit verser la somme de cinquante millions de dollars de dommages-intérêts aux victimes à répartir selon le degré de dommage subi. Le montant par victime est défini en fonction du temps passé à gérer le problème occasionné par la violation.

Il varie de 25 à 125 dollars l’heure selon le type de perte. Rappelons que pour une raison financière, le groupe n’a révélé le problème que trois ans après la première attaque, soit en 2016.

Yahoo et la cyberattaque de l’histoire

La cyberattaque visant Yahoo a ainsi été rendue publique au moment où le groupe était en train de négocier l’achat de ses services numériques avec Verizon Communications, une grande firme US de télécommunications.

La situation de Yahoo n’a pas été sans impact sur le contrat de vente. Le service a été obligé de revoir à la baisse le montant du contrat initial. Il est passé de 4,83 milliards à 4,48 milliards de dollars.

La vente étant conclue, Verizon est donc désormais responsable de la moitié du règlement de l’indemnisation des victimes. L’autre moitié étant relative à l’amende due pour avoir mis un peu trop de temps pour informer les investisseurs.

Elle incombe cette fois à une autre entreprise dénommée Altaba Inc, société d’investissement créée à l’issue de l’acquisition de Yahoo par Verizon.

Les auteurs de l’attaque n’ont toujours pas été identifiés

Yahoo assure qu’après cette faille, des mesures nécessaires ont été prises pour garantir la sécurité des données personnelles des utilisateurs. On peut citer entre autres l’envoi des mails de notifications aux utilisateurs.

Pour l’heure, ni les motifs de l’acte ni les auteurs de l’attaque n’ont été rendus publics. Selon certaines sources, des suspects d’origine Russe, ont été déjà inculpés. Quoi qu’il en soit, ce piratage a définitivement terni l’image de Yahoo qui peine aujourd’hui à reprendre sa place sur le web.

Mots-clés yahoo