Clicky

En Écosse, la Résidence royale et le Parlement ont été la cible d’une cyberattaque

Mardi 15 août 2017, les députés écossais et la Résidence royale ont été victimes d’une tentative de piratage informatique. Les hackers ont essayé d’infiltrer plusieurs comptes de messagerie du Parlement, mais aussi du personnel de Holyrood, la résidence principale de la famille royale à Édimbourg. L’attaque s’est surtout portée sur les comptes avec des mots de passe faibles.

Il y a deux mois, Westminster avait essuyé une attaque similaire. Là aussi, les mots de passe récupérés étaient de classe « faible ». Cependant, lors de cette cyberattaque en juin, les hackers étaient allés jusqu’à bloquer des comptes et couper la connexion Internet.

Clavier

Depuis, les députés et personnels sont ont été invités à choisir des mots de passe plus complexes pour éviter que ce genre d’incidents ne se reproduise à nouveau.

Les systèmes de sécurité renforcés

Sir Paul Grice, Directeur général de Holyrood, a qualifié la cyberattaque de « brutale ». Il a cependant assuré que les mesures de sécurité spécialement préparées pour ce genre de situations ont déjà été activées. Grâce à cela, les systèmes informatiques du Parlement et de la Résidence royale en Écosse restent « pleinement opérationnels. »

Toutes les personnes travaillant dans les institutions publiques sont cependant encouragées à renforcer la sécurité de leurs comptes. Sir Paul Grice leur conseille notamment de changer leur mot de passe et opter pour des combinaisons plus complexes.

Des hackers russes ou nord-coréens ?

Pour ce qui est de l’identité des hackers, les soupçons se portent surtout vers la Russie et la Corée du Nord. Il ne faut pas oublier que le Royaume-Uni a déjà été la cible de cyberattaques russes ou nord-coréennes par le passé.

Le Kremlin dément cependant toute implication dans cette affaire lors d’un entretien accordé au Point. De son côté, Pyongyang n’a pas encore fait de commentaire sur le sujet.

En attendant, la menace que représentent les hackers s’étend également aux institutions privées, notamment les hôtels. Ils sont de plus en plus nombreux à subir des cyberattaques. S’infiltrant grâce au réseau wifi, les pirates informatiques espionnent les clients VIP (hommes d’affaire, diplomate…) des établissements ciblés.

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !