Dani Mathers a été reconnue coupable de body shaming

Dani Mathers, la Playmate de Snapchat, a été entendue par le juge la semaine dernière. Le tribunal de Los Angeles l’a reconnue coupable d’atteinte à la vie privée et de body shaming. Elle a été condamnée à très exactement trente jours de travaux d’intérêt général assortis d’une mise à l’épreuve de trois ans.

Tout a commencé l’été dernier, lorsque la Playmate est tombée sur une septuagénaire en train de se doucher dans le vestiaire de sa salle de sport.

Condamnation Dani Mathers

Amusée par le spectacle de cette femme en train de se laver, la belle a pris une photo et elle l’a partagée ensuite sur Snapchat en l’accompagnant d’un commentaire extrêmement désobligeant au sujet de son physique.

Dani Mathers a publié la photo d’une femme sur Snapchat

Elle pensait sans doute amuser ses fans, mais tout ne s’est pas exactement passé comme prévu et la photo s’est retrouvée sur Twitter, provoquant du même coup un tonnerre de critiques cinglantes de la part des internautes.

Dépassée par l’ampleur des événements, Dani Mathers a rapidement présenté ses excuses au travers d’une vidéo partagée quelques heures plus tard sur ses différents profils sociaux. La séquence n’a eu aucun effet.

Très vite, l’affaire a été reprise par les médias, avec des conséquences inattendues pour la Playmate. La station de radio où elle travaillait a en effet décidé de mettre un terme définitif à son contrat et la chaîne possédant sa salle de sport l’a sanctionnée d’un bannissement à vie.

Dani Mathers pensait sans doute que la situation en resterait là, mais les autorités ont également eu vent de l’histoire et la police a ouvert une enquête dans la foulée. Elle a retrouvé la femme présente sur la vidéo et le procureur a décidé de poursuivre la Playmate pour atteinte à la vie privée.

30 jours de travaux d’intérêt général

Cette dernière a commencé par plaider non coupable, arguant que la femme ne pouvait pas être reconnue sur l’image en raison de la distance et de l’angle de la prise de vue. En pure perte une fois encore. Les arguments avancés n’ont pas porté leurs fruits cette fois non plus.

Pour finir, Dani Mathers a changé son fusil d’épaule et elle a donc fini par plaider coupable. Le procès s’est déroulé la semaine dernière à Los Angeles et la Playmate a été reconnue coupable d’atteinte à la vie privée.

En conséquence, elle a été condamnée à des travaux d’intérêt général et elle passera donc trente jours à nettoyer les graffitis. Le juge a en outre assorti la peine d’une mise à l’épreuve de trois ans. La belle aura donc tout intérêt à se montrer très prudente à l’avenir.

Mots-clés justicesnapchat