David Cage s’explique de nouveau sur la polémique soulevée par Le Monde et Médiapart

Rappelez-vous, en janvier dernier Mediapart, Le Monde et Canard PC publiaient conjointement une enquête portant sur les conditions de travail au sein de Quantic Dream, le studio parisien de David Cage, à l’origine de Fahrenheit, Heavy Rain, Beyond Two Souls et, tout récemment, Detroit : Become Human. Forte d’un retentissement mondial, l’enquête des trois médias français épinglait notamment Quantic Dream pour sa « culture d’entreprise toxique« , en se basant entre autres sur les témoignages d’anciens employés du studio.

Si David Cage avait déjà eu l’occasion de s’exprimer à plusieurs reprises sur la question et d’apporter son propre son de cloche aux informations dévoilées, celui que l’on surnomme le « Godard du Pixel » vient une nouvelle fois de répondre aux accusations qui lui sont faites, cette fois auprès de l’Obs.

Interviewé par l’Obs, David Cage s’est exprimé de nouveau sur les accusations portées en début d’année par Le Monde, Médiapart et Canard PC à l’encontre de Quantic Dream, son studio.

Dans une interview tenue dans le cadre de la sortie de son dernier titre David Cage revient sur les différentes facettes de Detroit : Become Human ainsi que sur l’ADN de ses différentes productions. C’est toutefois la dernière question posée lors de cet entretien qui nous intéresse aujourd’hui.

« On ne fait pas un jeu comme Detroit sans avoir des gens passionnés, impliqués à 200%« 

Sans donner de détails inédits sur l’affaire, l’emblématique dirigeant de Quantic Dream dénonce notamment des « accusations ignobles » et rappelle qu’une action en justice est en cours depuis avril à l’encontre du Monde et de Mediapart (nous vous en avions parlé ici).

Pour lui, on ne fait pas un jeu comme Detroit : Become Human sans une équipe constituée de « gens passionnés, impliqués à 200%, qui aiment l’entreprise et y sont attachés« .

L’intéressé botte par ailleurs en touche les accusations portées par les trois médias précédemment cités à propos des conditions de travail au sein de son entreprise, et met en avant l’ancienneté – ainsi que la fidélité – de ses employés dans un milieu où le turn-over au sein des studios est particulièrement fort. Selon lui, si les employés restent longtemps chez Quantic Dream et refusent des offres d’emploi plus rémunératrices, c’est « parce qu’ils se sentent bien ici« .

Voici la réponse complète de David Cage auprès de l’Obs :

L’Obs : En début d’année, Quantic Dream a fait l’objet d’une polémique pour son management, dénoncé comme « toxique » dans une enquête du « Monde », de Mediapart et de Canard PC. Quelle a été votre réponse ?

David Cage : Il y a un certain nombre de réponses. D’abord rappeler que nous avons été absolument scandalisés par ces accusations ignobles. Nous allons y répondre par voie de justice. Nous allons aussi mieux expliquer ce qu’il se passe ici. On ne fait pas un jeu comme « Detroit » sans avoir des gens passionnés, impliqués à 200%, qui aiment l’entreprise et y sont attachés. C’est absurde de penser le contraire, et c’est une profonde méconnaissance de notre média et de notre industrie.

Les gens sont très attachés à Quantic Dream, à ses projets. Ils ont été les premiers choqués de ces histoires. Ils lisaient des choses qui ne correspondaient en rien à ce qu’ils vivent. Si la moitié du quart était vrai, nous ne serions pas capables de faire des jeux triple A . Un jeu triple A ne peut se faire qu’avec des gens à fond derrière le studio, derrière le projet. Chez nous, il y a une ancienneté moyenne de 7,3 ans, alors que dans cette industrie le turn over est la règle. Nos recrutements se font à 80% par cooptation, c’est-à-dire que les gens disent à leurs amis de venir travailler ici. Nos salariés sont extrêmement talentueux, et demandés par la terre entière. Tous les jours, dans leurs boîtes aux lettres, des chasseurs de têtes leur proposent plus d’argent, mais ils choisissent de rester, de travailler sur des jeux comme « Detroit », parce qu’ils se sentent bien ici.

Rappelons que à toutes fins utiles que Detroit : Become Human est disponible dans toutes les bonnes boutiques depuis le 25 mai dernier.