Facebook Graph Search : les premiers débordements

Le Facebook Graph Search n’a même pas passé son premier mois d’existence, il n’est même pas disponible partout, et le voilà déjà en train de faire face à sa toute première polémique. Etonnant ? Pas vraiment, surtout pas quand on sait qu’il s’appuie sur les données de millions de personnes. Et même si l’outil ne manque pas d’intérêt sur le papier, il n’est pas pour autant exempt de défauts et c’est précisément ce qu’un curieux du nom de Tom est parvenu à démontrer en effectivement certaines recherches… très particulières.

Si vous n’avez pas suivi la dernière conférence de Facebook, on peut prendre le temps de rappeler brièvement le principe du Graph Search. Très concrètement, ce dernier se présente sous la forme d’un moteur de recherche qui permet aux utilisateurs du service de trouver différentes informations en fonction de requêtes très précises. En quelques instants, on peut ainsi lui demander d’afficher toutes les dernières photos de nos amis, ou même tous les fans de Battlestar Galactica.

Facebook Graph Search : les premiers débordements

Attention au Facebook Graph Search, il pourrait nuire à votre santé. Ou à celle de vos amis.

Sur le papier, c’est évidemment très intéressant. Là où le bât blesse, c’est que l’outil peut parfaitement être détourné de sa fonction première. Preuve en est, l’ami Tom s’est amusé à lancer quelques requêtes épicées. En quelques secondes et sans avoir à se creuser la tête, il est ainsi parvenu à afficher la liste de tous les hommes mariés aimant les prostituées, celle des entreprises dont les employés sont les plus racistes, celle des utilisateurs chinois aimant le Falun Gong (un mouvement spirituel opposé au Parti Communiste Chinois) ou même  celle des iraniens musulmans et homosexuels.

Comme si cela ne suffisait pas, en s’appuyant sur les données contextuelles du Graph Search, Tom a également pu obtenir le nom de toutes les épouses mariées aux amateurs de prostituées ou encore le lieu de travail de tous les musulmans iraniens homosexuels. Pas la peine de faire de dessin, vous comprenez sans doute l’impact que pourrait avoir le Graph Search de Facebook entre de mauvaises mains. Avec un tel outil, le gouvernement chinois n’aura aucun mal à traquer ses opposants et ce n’est bien évidemment qu’un exemple parmi tant d’autres.

La solution : nettoyer son profil !

Facebook, de son côté, ne faisant rien d’autre que de récupérer les données publiques de ses profils, on ne peut pas vraiment le tenir pour responsable de ces débordements. Pas complètement. En réalité, ce sont les utilisateurs du service eux-mêmes qui, par méconnaissance de l’outil, ont permis à Tom d’obtenir de tels résultats.

La morale de l’histoire ? Si vous craignez pour votre sécurité, pensez à nettoyer votre profil et n’hésitez donc pas à fouiner dans les paramètres de confidentialité de Facebook pour éviter que certaines informations ne soient rendues publiques, et donc ne remontent ensuite dans le Graph Search.