Denisova 11, la première métisse connue issue de deux espèces d’hominidés différentes

Depuis qu’elle a été découverte, la grotte de la montagne de l’Altaï a révélé environ deux mille fragments d’os endommagés datant d’il y a cent-vingt-mille ans. Parmi ceux-ci, les archéologues ont identifié un petit fragment de bras ou de jambe appartenant à une fillette de 13 ans. Après avoir analysé le fossile, les chercheurs ont conclu qu’il appartenait à la première métisse connue issue de deux espèces d’hominidés différentes.

La fille morte prématurément a été baptisée Denisova 11. L’analyse ADN de son fragment d’os a été menée par Viviane Slon, chercheuse à l’Institut Max Planck. L’équipe a utilisé une technique connue sous le nom d’empreinte de masse de peptide de collagène. Les chercheurs ont constaté qu’elle était issue d’une mère néandertalienne alors que son père était un Homme de Denisova.

Crâne

La découverte historique a été relatée dans la revue Nature. D’après Maya Wei-Haas, du National Geographic, la jeune fille aurait vécu dans la Sibérie moderne, au sein d’une famille prospère.

Ils ont refait le test six fois

Pour rappel, l’espèce Denisoviens a été découverte en 2010 pour la première fois. Les scientifiques estiment que les Denisoviens et les Néandertaliens se sont séparés d’un ancêtre commun il y a environ 390 000 ans.

D’après Helen Briggs, de BBC News, les Denisoviens s’étaient éloignés de l’Est alors que les Néandertaliens occupaient principalement l’ouest de l’Eurasie.

Sarah Zhang, de l’Atlantic, a raconté sa surprise en découvrant que le fragment contenait les gènes des deux parents issus de deux espèces différentes. « Ma première réaction a été : qu’est-ce que j’ai fait de mal ? », a-t-elle déclaré. Afin d’écarter le doute, elle a recommencé le test six fois, le résultat est resté le même. « C’est vraiment quand nous avons vu cela encore et encore que nous avons réalisé, en fait, que c’était une ascendance mixte de Néandertalien et de l’Homme de Denisova », a-t-elle expliqué.

Les hybrides étaient loin d’être rares

« Néanderthaliens et Denisoviens n’ont peut-être pas eu beaucoup d’occasions de se rencontrer », a déclaré à Briggs Svante Pääbo, directeur de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutive de Leipzig. « Mais quand ils l’ont fait, ils ont dû s’accoupler fréquemment, beaucoup plus que ce que nous pensions auparavant ».

Les chercheurs ont constaté que l’empreinte génétique de cette métisse s’est inscrite durablement dans l’ADN de l’espèce humaine. Les chercheurs parlent alors d’accouplements inhabituels plutôt qu’illégitimes ou stigmatisés. « Ce génome montre que les hybrides étaient loin d’être aussi rares que les gens le supposent. Ils doivent avoir été très communs », a affirmé John Hawks, anthropologue à l’Université du Wisconsin-Madison, qui n’a pas participé à l’étude.

Mots-clés anthropologie