Derniers tours pour Cassini avant de s’écraser sur Saturne

La sonde spatiale Cassini vit ses derniers instants autour de Saturne. Lancée de Cap Canaveral le 15 octobre 1997, elle est arrivée en juin 2004 aux abords de Saturne.

Après un voyage de 7 ans aidé de l’assistance gravitationnelle de Vénus, de la Terre, et de Jupiter, elle débute son programme de recherche qui prendra fin dans quelques jours, après 13 années de bons et loyaux services.

Elle aura permis d’en savoir plus sur Saturne et ses anneaux, qui est la plus lointaine des planètes du Système solaire observables à l’oeil nu depuis la Terre.

Cassini, c’est fini

Plus que cinq tours avant la fin de la mission Cassini, la sonde spatiale qui a exploré Saturne et ses lunes durant 13 ans. À partir du 14 août 2017, la sonde se rapprochera de la planète pour procéder à ses dernières orbites de la phase « Grande Finale » qui la feront descendre à seulement 1630 kilomètres d’altitude au-dessus de Saturne.

L’engin devra faire face à une atmosphère bien plus dense qu’auparavant, ce qui l’obligera à actionner une dernière fois ses propulseurs pour maintenir sa trajectoire. Si les conditions sont réunies, elle s’approchera à seulement 200 kilomètres de la surface.

Cassini pourra ainsi sonder avec une précision inédite la composition de l’atmosphère de Saturne et deviendra la première sonde atmosphérique envoyée vers Saturne. Les cinq dernières orbites se dérouleront jusqu’au 11 septembre prochain.

Des milliers d’informations récoltées au fil des ans

À la suite de ces tours, la sonde se rapprochera de Titan, la plus grosse lune de Saturne, avant de freiner et de plonger le 15 septembre en transmettant toutes ses données précieuses avant sa destruction. Elle se désintégrera à la manière d’un météore durant sa rentrée dans l’atmosphère.

Durant toutes ses années d’exploration, Cassini aura couvert environ la moitié de l’orbite complète de Saturne autour du Soleil, qui dure 29 ans. Cela lui a permis de récolter des données durant deux saisons d’observation sur Titan, ce qui peut révéler de précieuses informations quant au passé et au futur de la Terre.

La sonde a contribué à la connaissance de Saturne, de son environnement, de ses lunes, et nous a permis d’obtenir des photos inédites de ces astres qui n’avaient plus été visités depuis le passage des sondes Voyager dans les années 1980. Tout cela se passe très loin de nous, puisque la distance entre la Terre et Saturne varie selon l’orbite de 1 195 à 1 658 millions de kilomètres !