Des archéologues ont découvert une tumeur de 500 ans… avec des dents

En effectuant des fouilles à Lisbonne, des archéologues ont découvert sur un corps féminin âgé de 500 ans une tumeur ovarienne dotée de cinq dents mal-formées. Une découverte stupéfiante à plus d’un titre.

La tumeur a été découverte dans un cimetière situé non loin du couvent des Carmes de Lisbonne. Situé en plein cœur de la ville, il a été fondé en 1389 par Nuno Alvares Pereira (aucun lien) et il était initialement occupé par les frères carmélites de Moura. Il s’accompagnait d’un cimetière dans lequel étaient enterrés tous ses résidents.

Tératome

En 1755, un tremblement de terre a provoqué l’effondrement d’une partie de l’église et du couvent. Les bâtiments n’ont jamais été reconstruits.

Une tumeur dotée de cinq dents mal-formées

Plusieurs fouilles ont été organisées sur place entre 2010 et 2011. Durant cette période, les archéologues ont déterré une partie des cadavres du cimetière et ils ont notamment étudié la dépouille d’une femme âgée d’une quarantaine d’années au moment de sa mort.

En observant sa région pelvienne, ils ont alors eu la surprise de découvrir la présence d’une tumeur ovarienne de 4,3 centimètres. Une tumeur, et plus précisément un tératome.

Il existe en effet plusieurs types de tumeurs différentes. Les tératomes sont formés par des cellules pluripotentes et ils sont par conséquent bien plus complexes que les tumeurs traditionnelles. Ils se composent en effet de plusieurs cellules différenciées et ils peuvent donc prendre des aspects très développés. Certains d’entre eux peuvent ainsi parfois produire des poils ou même des tissus mûrs comme des épithéliums respiratoires ou même des tissus adipeux ou nerveux.

Dans certains cas assez rares, les tératomes peuvent également produire une ou plusieurs dents.

Un tératome qui nous donne un autre regard sur les tumeurs

Toutefois, ici, la tumeur comprenait pas moins de cinq dents, des dents assez différentes les unes des autres. Les archéologues ont en effet retrouvé quatre dents ressemblant à une molaire humaine et une cinquième dent se rapprochant davantage du croc d’un chien.

Face à la complexité de la tumeur, les chercheurs responsables de la découverte ont pensé pendant un moment qu’il s’agissait d’un foetus mort calcifié dans l’espace abdominal de la mère. Ils ont cependant très vite exclu cette hypothèse après avoir effectué les premières analyses.

Cette découverte n’en reste pas moins très impressionnante.

Impressionnante, et utile. Ce tératome prouve en effet que les tumeurs ne sont pas nées avec nos sociétés modernes. Elles étaient déjà présentes durant l’Antiquité et certaines d’entre elles étaient visiblement très développées. Il faut d’ailleurs signaler que seuls trois autres cas similaires et aussi anciens ont été recensés par le passé.