Des artefacts mayas ont été découvert au fond d’un lac

Lors d’une plongée dans un lac potentiellement sacré au nord du Guatemala, une équipe d’archéologues polonais a fait une étonnante découverte : des centaines d’artefacts mayas, comprenant notamment des bols de cérémonie et des lames d’obsidienne.

Les archéologues pensent que les artefacts auraient pu être utilisés lors d’anciens rites de sacrifices d’animaux.

Crédits Pixabay

Des objets sacrificiels

Selon la chef de l’équipe de chercheurs, Magdalena Krzemień, archéologue à l’université Jagellon, en Pologne, ce sont plus de 800 artefacts qui ont été découverts dans le lac Petén Itzá, qui entourait autrefois l’ancienne ville maya de Nojpetén. Une bonne partie des objets trouvés étaient de petites pièces de céramique, dont certaines datant de la période proto-classique maya (entre 150 av. J.-C. et 250 après J.-C.), la plupart datant de la période post-classique maya (de l’an 1000 à l’an 1697 après J.-C.).

Les plus gros objets découverts dans le lac comprennent trois bols en céramique, disposés l’un à l’intérieur de l’autre, et une lame de couteau en obsidienne, rapporte Krzemień. La lame de couteau ressemblait à celles utilisées lors de rituels antiques, ce qui laisse penser qu’elle aurait pu être utilisée pour des sacrifices humains ou d’animaux, a-t-elle déclaré. Certains des bols contenaient de petits os d’animaux, suggérant qu’ils ont aussi pu être utilisés lors de sacrifices, indique Krzemień. Toutefois, elle n’exclut pas le fait que de petits animaux aient pu entrer dans les bols et y soient morts plus tard.

L’importance de l’eau dans la croyance maya

Les chercheurs pensent que le lac entourant l’ancienne ville de Nojpetén jouait probablement un rôle important dans les anciens rituels mayas. « L’eau avait une signification très spéciale et symbolique dans les anciennes croyances mayas. On pensait que c’était le pont [ou] la porte vers le monde souterrain, le monde des morts » où vivaient leurs dieux, a déclaré Krzemień.

Les anciens Mayas faisaient donc des sacrifices d’animaux et parfois d’êtres humains à leurs dieux dans des lacs et des dolines calcaires inondées, appelées cénotes, qui sont courants dans la région.

Selon Krzemień, la dernière expédition ne permet pas d’affirmer que l’ensemble du lac Petén Itzá était un lieu sacré. Toutefois, elle pense que certains objets rituels trouvés dans le lac suggèrent qu’au moins une partie du lac était considérée comme « sacrée » par les Mayas qui vivaient là.

Mots-clés archéologiemaya