Des chercheurs australiens ont créé un vaccin avec l’aide d’une IA

L’intelligence artificielle (IA) se développe rapidement et certains craignent même qu’elle ne finisse par prendre le contrôle du monde. Mais en attendant que les machines ne réduisent l’humanité à l’esclavage, l’IA permet aujourd’hui de faire des progrès dans de nombreux domaines, y compris la médecine.

Des chercheurs de l’Université Flinders en Australie méridionale ont ainsi mis au point un nouveau vaccin, considéré comme le premier médicament humain au monde entièrement conçu par l’intelligence artificielle.

Crédits Pixabay

Une intelligence artificielle capable de trouver le bon médicament

Des médicaments ont déjà été conçus à l’aide d’ordinateurs, mais ce nouveau vaccin est un cran au-dessus, car il a été créé de manière indépendante par un programme IA appelé SAM (Search Algorithm for Ligands). Son nom est inspiré de la mission pour laquelle il a été conçu : rechercher parmi tous les composés imaginables de l’univers pour trouver un bon médicament pour l’homme (ce qu’on appelle également ligand), explique le professeur Nikolai Petrovsky de l’Université Flinders, qui a dirigé le projet.

« Nous devions enseigner au programme IA un ensemble de composés connus pour activer le système immunitaire humain, ainsi qu’un ensemble de composés qui ne fonctionnaient pas. Le travail de l’IA était alors de déterminer par lui-même ce qui distinguait un médicament qui marche d’un autre qui ne marche pas », a déclaré Petrovsky, qui est aussi directeur de la recherche au sein de la société australienne de biotechnologie Vaxine.

« Nous avons ensuite mis au point un autre programme, appelé synthetic chemist, qui a généré des milliards de composés chimiques différents que nous avons ensuite transmis à SAM afin que celui-ci puisse examiner tous ces éléments pour trouver des candidats qui, à son avis, pourraient être de bons médicaments immunitaires pour l’homme. »

La première cible de SAM : la grippe

Les composés sélectionnés par SAM ont été synthétisés dans un laboratoire et testés sur des cellules sanguines humaines pour voir s’ils fonctionneraient. « Cela a confirmé que SAM avait non seulement la capacité d’identifier de bons médicaments, mais avait en fait trouvé de meilleurs médicaments immunitaires pour l’homme qu’il n’en existe actuellement », a déclaré Petrovsky.

« Nous avons donc mis en développement les médicaments créés par SAM et effectué des tests sur des animaux pour confirmer leur capacité à augmenter l’efficacité du vaccin antigrippal. »

Le vaccin créé par SAM va aider à lutter contre l’épidémie de grippe qui touche actuellement l’Australie. Avant juin 2019, 228 personnes sont décédées des suites de complications liées à la grippe, dont 48 personnes à Victoria et 57 personnes en Nouvelle-Galles du Sud.

Mots-clés médecinesanté