Des chercheurs ont découvert d’anciennes créatures marines piégées dans de l’ambre

Les paléontologues ont découvert récemment que l’ambre de Birmanie, en Asie du Sud-Est, était une ressource incroyablement riche en fossiles du monde naturel d’il y a 100 millions d’années.

Des découvertes exceptionnelles ont en effet été faites dans cette région au cours de la dernière année. On y a découvert de l’ambre contenant de très anciens insectes, un serpent, des escargots et des grenouilles. Tous des animaux terrestres. Mais les paléontologues ont été stupéfaits de découvrir dans un petit morceau d’ambre de Birmanie datant du Crétacé : des créatures marines côtoyant des créatures terrestres.

Crédits Pixabay

Une étrange cohabitation

L’ambre en question est un bloc de 33 millimètres sur 9,5 millimètres sur 29 millimètres, contenant un mélange improbable de créatures marines et terrestres. Au nombre des créatures terrestres, elle renferme un mille-pattes, ce qui semble être une araignée gobelin, 22 acariens et 12 insectes adultes (une blatte, une guêpe parasite, deux coléoptères et huit mouches).

À leur côté se trouvent une ammonite marine juvénile et quatre escargots de mer. Quatre isopodes intertidaux (et trois autres isopodes possibles), de même que du sable de plage ont également été piégés dans l’ambre.

« Il est rare de trouver des organismes aquatiques dans l’ambre, et extrêmement rares de trouver des organismes marins, sans parler des organismes marins macroscopiques mélangés avec des organismes aquatiques intertidaux, terrestres et potentiellement dulcicoles », ont écrit les chercheurs dans leur rapport.

Les premières explications apportées

Les paléontologues n’ont pas encore réussi à dater le mystérieux ambre. En effet, la datation à l’uranium-plomb des zircons dans la matrice de roche volcanique dans laquelle se trouve l’ambre le situe à environ 98,8 millions d’années. Mais une couche de grès au-dessus de l’ambre semble contenir une ammonite fossilisée qui serait arrivée sur les lieux il y a 113 millions d’années, et n’aurait pas vécu plus de 100,5 millions d’années. Les paléontologues pensent pour l’heure que l’ambre lui-même est probablement plus vieux que le lit d’où il provient, et pourrait donc avoir plus de 113 millions d’années. Mais cela reste à vérifier.

Pour ce qui est de savoir comment des créatures si diverses ont pu se retrouver dans le même morceau d’ambre, les paléontologues pensent que les créatures marines étaient déjà mortes lorsqu’elles ont été transportées sur la plage par la marée, où elles ont été emprisonnées dans une boule de résine d’arbre avec d’autres créatures terrestres.

Mots-clés paléontologie