Clicky

Des chercheurs ont réussi à fabriquer un intestin humain

Des chercheurs du Children’s Hospital Médical Center de Cincinnati ont pu inventer le premier intestin fonctionnel in vitro. Aidés par une équipe de l’Inserm 913 de Nantes, ils l’ont conçu à partir de cellules souches humaines. Plus précisément, il s’agirait d’une coupe transversale d’organoïde humain.

L’intestin est en fait un organe très complexe. Il est fait de muqueuses, de neurones ainsi que de fibres musculaires. C’est la raison pour laquelle certains l’appellent « le deuxième cerveau ». Il assure également les contractions musculaires lors de la digestion ainsi que la communication ventre-cerveau.

Mini intestin

Des chercheurs ont réussi à créer un intestin en laboratoire.

Cette innovation représente une nouvelle lueur d’espoir pour la médecine régénérative et la médecine personnalisée.

Comment ont-ils créé cet intestin ?

Pour réussir cette prouesse, les chercheurs ont conduit des cellules souches pluripotentes humaines à évoluer en tissu intestinal en utilisant un procédé spécial. En parallèle, ils ont aussi créé des cellules nerveuses à un stade embryonnaire pour obtenir des cellules précurseures du système nerveux intestinal.

Ces cellules ont ensuite été incorporées dans le tissu intestinal et les chercheurs ont donc obtenu un tissu ressemblant à un intestin fœtal en développement.

Sa fonctionnalité a enfin été testée à travers une transplantation chez la souris. Après une attente de six semaines, le résultat s’est avéré positif. Selon Maxim Mahe, coauteur de la recherche, l’intestin aurait grandi et mûri. « Il présentait une vascularisation et a commencé à se contracter », ajoute-t-il.

À long terme, le développement de ces recherches pourra mener vers de possibles greffes d’intestin. En fait, pour devenir un intestin humain complet, il lui manque encore quelques éléments. Il a encore besoin d’un système immunitaire ainsi que la taille et la forme nécessaires, bien que le tissu soit le même.

Quel est l’intérêt de l’étude ?

À court terme, il peut être utilisé pour diagnostiquer certaines maladies intestinales liées aux problèmes d’indigestion et de constipation. L’équipe a déjà réalisé l’expérience, et l’outil est efficace. Elle a pu identifier le rôle d’un gène (PHOX2B) dans une maladie rare du colon et du rectum (le Hirschsprung).

L’importance de cette nouvelle technique pour la médecine sera cruciale. Non seulement elle résoudra des problèmes dans l’immédiat, mais stimulera surtout beaucoup d’autres inventions. Grâce à cet intestin, les chercheurs et les médecins pourront effectivement tester de nouveaux traitements en toute sécurité pour des maladies comme le diabète ou l’obésité.

Enthousiaste, Michal Helmrath, coauteur de l’étude lui aussi, a déclaré pour sa part que « cette technologie permettra un jour de faire pousser une section d’intestin sain pour le greffer à un patient ».

Mots-clés médecinesanté