Des chercheurs pensent avoir identifié la source de l’anxiété dans le cerveau

Grâce à des expériences sur les fondements neurologiques de l’anxiété dans le cerveau, les scientifiques ont réussi à identifier les cellules responsables. Les résultats d’études effectuées sur des souris de laboratoire offrent une lueur d’espoir aux millions de personnes souffrant du trouble anxieux dans le monde. Aux États-Unis, près d’un adulte sur cinq en est atteint.

Concrètement, les scientifiques ont inséré des microscopes miniatures dans le cerveau d’une souris. L’activité des cellules de l’hippocampe a été enregistrée au fur et à mesure que les animaux se frayaient un chemin dans leurs enclos. Ces cellules sont produites par l’hypothalamus, une région du cerveau qui régule les hormones et contrôle les émotions.

Dépression Réseaux Sociaux

« Nous voulions connaitre où les informations émotionnelles qui alimentent l’anxiété sont codées dans le cerveau. Les recherches nous permettront de fabriquer des médicaments qui le calmeront », a déclaré Mazen Kheirbek, un neuroscientifique de l’Université de Californie.

Une technique qui élimine la peur et stimule la confiance

Les scientifiques ont construit des labyrinthes spéciaux avec des plateformes surélevées et des espaces ouverts afin de troubler les souris.

Les chercheurs ont observé que des cellules appelées « CA1 ventrale » se sont déclenchées. Plus les souris s’inquiètent, plus l’activité des neurones est puissante.

Selon Rene Hen, chercheur principal de l’Université Columbia, « ces cellules d’angoisse tirent lorsque les animaux se trouvent dans des endroits qui leur font peur ». « Maintenant que nous les avons trouvés, nous pourrons trouver des idées de traitement qui n’existaient pas auparavant », a annoncé Jessica Jimenez du Collège de médecins et de chirurgiens de l’Université de Columbia.

Les chercheurs ont trouvé le moyen de contrôler l’anxiété chez la souris en utilisant une technique appelée « optogénétique ». La méthode consiste à projeter un faisceau de lumière sur les « cellules de la région vCA1 » qui stimule rapidement une activité confiante. « Nous avons constaté qu’ils sont devenus moins anxieux. Ils voulaient explorer davantage le labyrinthe », ont raconté les chercheurs.

La vCA1 n’est pas la seule région cérébrale impliquée

L’activité des cellules anxieuses dépendait des réglages de la lumière. Même en toute sécurité, dans un environnement clos et bien entouré, les souris peuvent frémir.

À présent, l’équipe pense que la vCA1 n’est pas la seule région cérébrale impliquée. De nouvelles recherches pourraient ouvrir la voie vers d’autres études supplémentaires.

« Ces cellules ne sont qu’une partie d’un circuit étendu par lequel l’animal apprend des informations relatives à l’anxiété », a déclaré Kheirbek.

Mots-clés médecinesanté