Des chercheurs pensent avoir trouvé un moyen de piéger la matière noire

Depuis la découverte du boson de Higgs en 2012, communément appelée la « particule de Dieu », les scientifiques ont entrepris d’aller plus loin dans l’exploration de ce qui constitue notre Univers.

En effet, les physiciens sont peut-être sur une voie exploitable pour lever un peu plus le voile sur ce que l’on nomme la matière noire, une matière (et des particules) qui va au-delà des conceptions du Modèle standard de la physique, parachevée par la découverte du boson de Higgs.

Des chercheurs pensent avoir trouver un moyen de piéger la matière noire

Crédits Pixabay

Selon une étude réalisée par une équipe de physiciens de l’Université de UChicago et publiée dans la revue Physical Review Letters, il y a une qui permettrait de détecter l’une des particules qui constituent la matière noire.

La matière noire c’est quoi au juste ?

Pour comprendre ce qu’est la matière noire, il suffit de penser au vent. Bien qu’on ne le voit pas, on est capable de le ressentir par ses effets : les feuilles et les branches frémissent à son passage, sensation de mouvement dans le cas d’une brise caressant le visage, etc.

Et c’est exactement le même principe que les physiciens des particules utilisent, même si leurs équations sont un tantinet compliquées, pour prouver que dans l’univers, il y a une matière qui reste actuellement invisible, mais qui existe bel et bien.

Cette matière qu’on qualifie souvent de paradoxale reste une énigme pour la science, dans un sens où ne peut apprécier son existence que par les effets qu’on peut observer de sa part, à l’instar de la force gravitationnelle. La forme des galaxies et des objets éloignés s’explique d’ailleurs par son existence.

Comment les scientifiques pensent-ils la piéger ?

La fameuse particule, étant dotée d’une masse, serait ainsi animée d’un mouvement beaucoup plus lent que celle des autres types de particules qui se déplacent dans un accélérateur de particules comme le LHC (Large Hadron Collider). Les scientifiques pensent d’ailleurs qu’en se désintégrant, le boson de Higgs donne naissance à cette particule de matière noire. Elle se déplacerait ainsi moins vite et aurait une durée de vie plus longue, de l’ordre du dixième de seconde.

C’est cette particularité qui sera utilisée pour la détection de cette fameuse particule de matière noire. En intégrant un système sensible à cette différence minime entre le temps de désintégration des différentes particules, le LHC sera capable de détecter ces infimes variations après une mise à niveau, et une mise en service en 2021. Ce qui en quelque sorte reviendrait enfin à l’attraper.

 

s https://bigthink.com/surprising-science/scientists-figure-out-how-to-trap-dark-matter?rebelltitem=2#rebelltitem2 et  https://news.uchicago.edu/story/scientists-invent-way-trap-mysterious-dark-world-particle-large-hadron-collider

Mots-clés espace