Des chercheurs veulent construire une arche de Noé pour 66000 espèces

Construire une « arche de Noé » des temps modernes ? C’est le défi que s’est fixé une équipe internationale de chercheurs. Ensemble, ces scientifiques ont mis en place un projet qui a pour objectif de réunir les séquences génomiques de 66 000 espèces de vertébrés vivantes sur Terre qui seront représentées par un mâle et une femelle génome.

Le but de ce projet est « d’assembler un zoo génomique et de recueillir des données de haute qualité des séquences du génome de tous les  vertébrés vivant sur la planète. » Cela comprend tous les mammifères, les oiseaux, les amphibiens, les reptiles et les animaux marins.

Arche de Noé

Ce projet est une extension d’un autre plus ancien qui a été lancé en 2009, baptisé Projet Génome, qui voulait déchiffrer les génomes de 10 000 vertébrés.

Un projet ambitieux

Depuis cette époque, les coûts de recherche génomique ont baissé. Les avancées technologiques ont aussi incité les scientifiques à élargir leurs recherches. Ce nouveau projet a été annoncé lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée à l’université Rockefeller de New York.

Cette arche de Noé des temps modernes sera réalisée par Génome 10K Communauté de Scientifiques (G10KCOS), un consortium international de plus de 150 experts venant de 50 établissements répartis dans 12 pays. Un tel projet est plus qu’ambitieux et ceux qui y prennent part en sont conscients. « Ce projet est bizarre et scandaleux – mais c’est faisable et c’est inévitable. » a déclaré Harris Lewin, un membre de l’équipe de UC Davis.

Des gardiens de la vie

D’après Oliver Ryder, cofondateur de G10K et directeur du Zoo Institute for Conservation de San Diego, la réalisation de ce projet permettra notamment de préserver « notre patrimoine biologique. » Il a le potentiel de « transformer tous les domaines de la biologie. » et de faire de nous « les meilleurs gardiens de la vie sur Terre. »

Il sera bientôt possible de séquencer un génome en une semaine pour la modique somme de 30 000 dollars alors qu’auparavant, cela pouvait prendre plusieurs années et coûtait des millions de dollars.

En dépit de cela, la réalisation de ce projet nécessite quand même une somme conséquente. Pour obtenir les séquences génomiques de 66 000 espèces, il faudra plus de 600 millions de dollars.