Des crânes allongés ont été découverts en Chine, ils datent de plusieurs milliers d’années

En 1982, des archéologues ont fait la découverte des deux premiers échantillons de crâne humain modifié en Irak. Ils les ont datés à environ 45 000 ans. Les fragments osseux auraient appartenu à des Néandertaliens. Au fil du temps et dans des endroits différents, les chercheurs ont trouvé d’autres preuves de la pratique du remodelage intentionnel du crâne chez d’anciennes civilisations.

Plus récemment, une équipe d’archéologues de l’Université de Jilin en Chine et de l’Université A & M du Texas a découvert 25 squelettes sur le site néolithique de Houtaomuga à Jilin, dans le nord-est de la Chine.

Crédits Zhang et al., American Journal of Physical Anthropology, 2019

Selon la datation au radiocarbone, le plus vieux d’entre eux a environ 12000 ans. Onze d’entre eux présentaient des traces de déformation crânienne artificielle.

Les chercheurs ont fouillé le site entre 2011 et 2015. Seulement 19 parmi les 25 squelettes découverts ont été suffisamment conservés pour pouvoir être analysés. Les résultats de la recherche ont été publiés dans American Journal of Physical Anthropology.

Un vrai casse-tête pour les scientifiques

Notons que cette ancienne pratique a été perpétuée par plusieurs civilisations de différentes époques et ayant vécu dans différentes régions du globe. Jusqu’à aujourd’hui, son vrai sens et son processus de diffusion restent des énigmes pour les scientifiques.

La pratique était effectuée sur des nourrissons, quand les os du crâne ne sont pas encore soudés. En effet, la tête d’un bébé est douce et malléable. Les chercheurs supposent que les crânes ont été façonnés avec des planches.

Les onze squelettes appartenaient à cinq adultes et onze enfants dont l’âge varie de 3 à 40 ans. Curieusement, ils ne datent pas de la même époque. Le plus ancien avait 12 000 ans. D’autres avaient 6 500 ans et 5 000 ans.

L’appartenance familiale et le statut socio-économique

Afin de déterminer si le crâne a subi des modifications, les chercheurs ont recouru à la tomodensitométrie. Certains squelettes ayant un crâne allongé étaient enterrés avec des artefacts qui sont probablement des signes d’opulence. Ils ont aussi remarqué que les personnes ayant subi une modification volontaire du crâne étaient généralement enterrées ensemble.

« Toutes ces preuves indiquent que dans l’ensemble de la population, la pratique de la modification crânienne intentionnelle était un type de pratique culturelle mise en œuvre uniquement chez certains individus », ont-ils déclaré. « Bien que le critère sélectif et la signification de ce comportement culturel soient encore inconnus, la distinction de l’identité, peut-être en fonction de l’appartenance familiale ou du statut socio-économique, devrait être la principale raison de la modification crânienne. »

Mots-clés anthropologie