Des cyborgs sont développés avec des cerveaux de Néandertal

Des cerveaux néandertaliens ont été cultivés dans un laboratoire pour une expérience de type Frankenstein. Des équipes de l’université de Californie à San Diego ont cultivé des cervelles de la taille d’un pois dans des boîtes de Pétri à partir de morceaux de tissus prélevés sur des os fossiles.

Ils les ont comparés avec des cerveaux humains modernes pour découvrir pourquoi les Néandertaliens ont disparu alors que les Homo Sapiens ont colonisé la planète entière. Maintenant, ils veulent relier ces cerveaux des hommes des cavernes à des robots en utilisant des implants neuronaux pour fabriquer des cyborgs équipés d’intelligence artificielle.

Cerveau

Les Néandertaliens ont disparu il y a 40 000 ans, mais nous découvrons de plus en plus de traces et de fossiles de l’époque ces dernières années.

Les détails de l’étude initiale

L’un des scientifiques ayant réalisé l’expérience, Alysson Muotri, a déclaré : « En fin de compte, nous voulons comparer l’organoïde néanderthalisé pour tester sa capacité à apprendre. En faisant cela systématiquement, nous apprendrons quelles sont les altérations génétiques qui nous ont rendus uniquement humains et pourquoi ils ont été positivement sélectionnés. »

Il a fallu environ six à huit mois aux chercheurs pour cultiver les mini-cerveaux néandertaliens à partir de cellules souches. En pleine croissance, ils mesurent environ un demi-centimètre de longueur. « Les mini-cerveaux néandertaliens sont décrits comme ayant la forme de pop-corn grumeleuse. », a affirmé Muotri.

Un projet digne de la science-fiction

Les scientifiques cherchent à pousser leur science encore plus loin avec un défi qui semble sortir d’une oeuvre de science-fiction. Ils ont trouvé un moyen pour que des robots puissent mesurer les signaux électriques envoyés par les mini-cerveaux humains. En connectant les robots avec les mini-cerveaux, ils veulent que le cerveau commence à contrôler le robot.

À ce propos, Muotri a indiqué que : « Les Néandertaliens sont fascinants parce qu’ils ont partagé la Terre avec nous et il y a maintenant des preuves génétiques que nous avons réellement vécus avec eux. »

L’une des preuves de cette cohabitation a été découverte plus tôt cette année. Ce sont les peintures rupestres les plus anciennes du monde, réalisées par des Néandertaliens il y a plus de 64 000 ans.