Des scientifiques considèrent les îles flottantes comme une solution à la surpopulation

La Research Institute Netherlands (MARIN) a une idée pour solutionner le problème de la surpopulation, un problème préoccupant de nombreuses nations à travers le monde. Les scientifiques de l’institut proposent les îles artificielles comme un début de solution au problème. L’idée de ces chercheurs néerlandais est de construire des espèces de quais flottants géants qui pourraient alors servir d’espace de stockage pour des parcs solaires ou bien éoliens.

Pour Olaf Walls, responsable du projet, les « ports et des villes flottantes sont une alternative innovante » où il sera possible de bâtir des parcs récréatifs. Comme l’accroissement de la population mondiale réduit beaucoup les espaces vivables sur la terre ferme, l’idée est d’exploiter les 72 % d’espace d’eau qui recouvre l’espace terrestre.

MRIN

Pour l’instant, les scientifiques mènent des tests informatiques sur un modèle réduit de l’île pour environ trois ans, mais « techniquement, cela devrait être faisable d’ici dix à vingt ans. »

Des îles artificielles géantes

Dans les grandes lignes, les îles flottantes imaginées par les chercheurs du MARIN se présentent comme une structure de béton et d’acier, composée de plusieurs triangles accolés côte à côte. L’ensemble devrait alors former des surfaces qui font plusieurs kilomètres de large, cinq au moins. Pour ce qui est de l’apparence, les îles artificielles géantes devraient à peu près ressembler à d’énormes quais qui flottent sur l’eau.

Toutes les conditions environnantes doivent être parfaites avant de bâtir une île. Il s’agit d’un critère très important pour garantir que toute la structure soit parfaitement résistante aux conditions météorologiques, notamment les vents et les courants. Il est également important que l’île puisse être implantée sans nuire à son environnement marin.

Certains ont déjà tenté l’idée

La Sea Steading Institute veut également construire des îles artificielles dotées de leur propre système gouvernemental au large des côtes de la Polynésie française. Le projet parait complètement fou, mais est pourtant financé par d’éminentes personnalités de la Silicon Valley.

Le premier prototype devrait voir le jour en 2020, mais il faudra encore que le gouvernement polynésien parvienne à mettre en place un cadre législatif spécifique.

Pour ce qui est des Pays-Bas, le quotidien Telegraph a révélé que la municipalité surpeuplée d’Haarlemmermeer avait exprimé son intérêt pour le projet. Il en serait également de même pour l’aéroport de Lelystad, situé près d’Amsterdam.

Mots-clés insolite