Des scientifiques demandent aux Etats de légiférer sur les robots tueurs

L’Intelligence Artificielle déchaîne les passions depuis une décennie, et encore plus depuis qu’elle a su trouver sa place dans notre quotidien. Toutefois, la technologie n’est pas acceptée par tous et certains chercheurs pensent ainsi qu’il est indispensable de légiférer dès à présent sur l’épineux problème des robots tueurs et donc des robots militaires.

Une lettre ouverte a été envoyée au Premier ministre du Canada, Justin Trudeau ainsi qu’au Premier ministre de l’Australie, Malcolm Turnbull par les scientifiques canadiens et australiens. Les chercheurs indiquent qu’il faut adopter une position de refus catégorique quant à l’utilisation des robots tueurs. D’ailleurs, cette lettre a été présentée dans le cadre de la conférence de l’ONU sur la CCAC ou Convention sur Certaines Armes Classiques.

Terminator

Cette convention vise à interdire l’utilisation des armes considérées comme excessivement préjudiciables pour l’humanité.

Une menace sérieuse pour l’humanité

Plus de trois cents experts en intelligence artificielle et en robotique ont signé la lettre ouverte dans laquelle ils soulignaient les dangers de l’usage d’une telle arme. Les robots tueurs se passent actuellement de contrôle humain. Ce type d’armes se compose de véhicules de guerre autonomes, de drones tueurs et d’autres types d’humanoïde.

Le robot russe FEDOR en fait partie.

Dans le document, les scientifiques ont également déclaré que ces robots tueurs constituaient une menace sérieuse pour l’humanité. Ils pourraient même devenir la troisième révolution en matière d’armement. L’utilisation de ces armes d’intelligence artificielle lors des guerres anéantirait certainement la race humaine.

Les guerres se déclencheront facilement

Selon les chercheurs, les conséquences de l’usage de ce type d’armement échappent à la compréhension humaine, tant les combats que les robots tueurs engendreront se feront à grande échelle. Pour sa part, Amnesty International a indiqué que des guerres se déclencheraient plus facilement si les troupes armées étaient remplacées par des robots tueurs.

Dans ladite lettre ouverte, il a été souligné qu’il est éthiquement inacceptable qu’un robot décide seul quels humains laisser vivre et quels humains éliminer. Il est à rappeler que cette lettre ouverte est loin d’être la première sonnette d’alarme tirée par les professionnels du milieu de la robotique.

Au mois d’août 2017, une centaine de chefs d’entreprise œuvrant dans les secteurs de l’IA et de la robotique ont fait une demande semblable auprès de l’Organisation des Nations Unies.

Mots-clés robotiquerobots