Quand les scientifiques donnent des noms amusants à de nouvelles espèces de grenouilles miniatures

Qui a dit que l’humour et la science n’étaient pas compatibles ? Une équipe de chercheurs s’est amusée à jouer avec les mots pour nommer trois nouvelles espèces de grenouilles miniatures qu’ils ont découvertes.

C’est ainsi que le trio porte respectivement le nom de Mini Mum, Mini Scule et Mini Ature.

L’idée vient de Mark Scherz, biologiste de l’évolution, pour qui l’humour et les jeux de mots ont parfaitement leur place dans le monde désespérément sérieux de la science.

Avec des noms pareils, c’est tout sourire que l’on comprend qu’on a affaire à des grenouilles vraiment minuscules. Les trois espèces ont fait l’objet d’une étude menée par Scherz et un groupe de scientifiques qui tentent de comprendre comment la taille de ces mini créatures affecte leur survie.

Les plus petites espèces de grenouilles au monde

Sur son blog, Mark Scherz dévoile que les Mini font partie des 50 plus petites grenouilles de la planète. Mini Scule fait partie des 20 plus petites grenouilles au monde avec une taille de 10,8 mm seulement. Mini Ature, elle, fait 15 mm de long, et présente à peu près la taille d’un ongle humain.

Interrogé par le site Mashable, Scherz explique : « ces grenouilles sont beaucoup plus petites que n’importe quoi aux États-Unis ou en Europe […] Les adultes ont à peu près la taille des métamorphes du crapaud commun, entre la longueur d’un tic-tac et un aliment de base. » Il précise également que le plus petit spécimen, baptisé Paedophryne amanuensis, ne fait que 7 mm de long.

Les Mini sont très présentes sur l’île de Madagascar. Elles se font malheureusement de plus en plus rares à cause de la fragmentation et la dégradation des forêts le long de la côte est du pays.

Il devrait y avoir plus de noms marrants en science

C’est avec fierté que Mark Scherz s’est déclaré être « un grand partisan des jeux de mots ». « Un nom amusant est précieux pour la sensibilisation […] », a-t-il expliqué, avant d’ajouter : « […] nous avons choisi des noms qui renseignent sur la nature des animaux », faisant référence aux noms originaux que lui et ses collègues ont décidé de donner aux trois petites grenouilles.

Scherz déplore particulièrement l’absence de « noms taxonomiques amusants » pour les reptiles ou les amphibiens à Madagascar. Il raconte que « la chose la plus proche est Lycodryas cococola, un serpent des Comores à l’ouest de Madagascar, nommé par [ses] collègues il y a quelques années. »